HOLONET

Ginger Storm est activement recherchée par son frère, le Stormtroomper Trevin Storm. Grosse rançon à celui qui lui rapportera sa soeur chérie.

L'instabilité du général Elrik Tanar est toujours redoutée dans les rangs de la résistance.

Et vous ?


WANTED

Jake Horn : fiancé de Ginger Storm, formateur référent au centre de formation des cadets du Premier Ordre.
Neo Carlstein : médecin, taupe du Premier Ordre.



 ::  :: Expansion region :: Nkllon Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sous couverture feat. Zaath Harclay

avatar
Cyrel Harper
Unité médicale du Premier Ordre
Crédits : 493
Jetons de Force : 0
Disponibilité RP : 2/2.
Autres comptes : Ginger Storm, Miranna Zanedi, Syna Ren.
Avatar : Amber Heard.


Âge : Trente ans.
Surnom : Cyri ou docteur Harper.
Profession : Médecin dans l'unité médicale du Finalizer, activiste profondément convaincue et aide médicale pour les interrogatoires musclés.
Allégeance : Premier Ordre, il n'y à que lui qui compte, et rien d'autre.
Inventaire : Un couteau laser et un vaisseau de transport (Cargo léger de type YT-2400).

Voir le profil de l'utilisateur
Lun 24 Sep - 22:35

Sous couverture

feat Zaath Harclay

Des terres rougies par les rayons du soleil, à perte de vue. Des roches, des montagnes, des cratères, des volcans. Tout était désolation. L'air était irrespirable, chargé en particules radioactives. Cette planète était hautement hostile pour toutes les espèces vivantes qui tentaient de s'y installer, pourtant, le Premier Ordre avait porté son intérêt sur ce gros caillou. Des minerais à profusion avaient été détectés dans ses sols volcaniques il y a des années de cela, une aubaine pour ce groupe qui avait pris possession de ses nombreuses mines, parsemant le paysage apocalyptique de ses bases qui avaient poussé tels des champignons en plein désert de roches.  

La base principale de Nkllon était vaste, en grande partie enterrée dans une montagne pour la protéger de l'irradiation du soleil. L'astre avait disparu derrière l'horizon il y a plusieurs jours, permettant ainsi aux vaisseaux d'atterrir dans la zone ombragée de la planète et d'y apporter des fournitures. On pouvait voir la base principale dans la nuit grâce à ses nombreux éclairages qui parsemaient le paysage nocturne. Des Stormtroopers lourdement armés faisaient des rondes, le son de leur cadence régulière et millimétrée était clairement audible. Les mines et les bases de l'organisation étaient particulièrement vulnérables la nuit, car lorsque le jour se levait sur cette face de la planète, aucun être vivant ne pouvait fouler les terres sans être immédiatement carboniser. Les soldats restaient vigilants, il n'était pas rare que des groupes de contrebandiers essayent de prendre possession des mines du régime ou de piller des cargaisons. La vigilance était de mise sur cette planète volcanique.

Cette nuit était bien calme. Une jeune blonde se tenait à l'intérieur de la base, derrière une épaisse vitre anti-radiation. Son regard céruléen parcourait le paysage éclairé par les spots de la base. Elle ne parlait pas, ses bras étaient croisés derrière son dos, elle était totalement immobile dans ce couloir entièrement vide. Cette humaine portait la tunique des unités médicales du Premier Ordre. Basée sur le modèle strictement militaire de l'uniforme de l'organisation, celui-ci avait la particularité d'être entièrement blanc. On pouvaient ainsi aisément différencier les médecins et autres assistants médicaux des autres soldats sur la base. Sa poitrine se soulevait à chacune de ses inspirations, régulières, mesurées. A l'observer ainsi, on pouvait presque croire que cette jeune femme attendait quelque chose. A l'extérieur, rien de particulièrement passionnant. Les portes principales s'ouvraient régulièrement, laissant entrer des troupes du Premier Ordre qui terminaient leur ronde ou celles qui accompagnaient de gros chargements. Le médecin décida de tourner les talons et de retourner à son unité, au moment où un groupe de cinq soldats en uniforme disparu derrière la porte d'entrée principale.

Sans faire de grandes foulées, la blonde s'élançait à travers les couloirs. Le pas léger, les semelles de ses bottes ne laissaient entendre aucun bruit. En chemin, celle qu'on appelait le docteur Harper croisa quelques soldats, qui la saluèrent en hochant poliment la tête et en lui adressant un sourire. Cyrel avait une bonne réputation dans les rangs des soldats du Premier Ordre et était très appréciée. Dans un monde stricte et militaire, son sourire charmant et son attitude décontractée étaient fortement appréciés. Elle le leur rendait bien.

Au détour d'un couloir, perdue dans ses pensées, le docteur Harper heurta un soldat en lui donnant un coup d'épaule. Elle ne l'avait clairement pas vu et n'aurait pas pu l'éviter. « Excusez-moi » dit-elle à l'homme en uniforme. Cette fois-ci, son regard ne se leva pas et elle ne put examiner ce visage pourtant totalement inconnu qui se présentait dans ce couloir. Cyrel passa alors son chemin, et rejoignit rapidement le sas d'entrée de son bureau qui se trouvait à quelques pas seulement. Elle avait oublié cette rencontre fortuite pour retourner à ses occupations professionnelles.

« Merci FX » Le droïde assistant posa un datapad sur le bureau du médecin puis disparu au fond de l'unité. Ce droïde était un vieux modèle, Harper était généralement assistée lors des actes médicaux par les derniers modèles de droïdes médicaux IT utilisés par le Premier Ordre. La jeune femme s'installa à son bureau, elle enleva l'espèce de calotte réglementaire qui trônait sur son crâne blond et le posa sur la tête d'une lampe. Elle empoigna le datapad et survola quelques dossiers médicaux. Au bout de quelques secondes, Cyrel eut une étrange sensation, comme si quelqu'un l'observait. Elle leva ses iris intriguées face à l'immense vitre qui surplombait son bureau et fit face à un visage inconnu. « Je peux vous aider soldat? » S'exclama-t-elle, poliment.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Zaath Harclay
Armée de la Résistance
Crédits : 421
Jetons de Force : 0
Avatar : Charlie Hunnam @ Isleys


Âge : 42 ans
Surnom : Septimo. Ce fut plus un prénom qu'un surnom, durant de nombreuses années mais, désormais, il ne s'en sert que lorsqu'il doit faire affaire avec les pires hommes de la galaxie. C'est un nom qui inspire encore le respect et la crainte, dans les bas-fond d'une partie de Galactic City.
Profession : Général au sein de la résistance, affilié aux renseignements
Allégeance : La résistance et, surtout, à l'idée de détruire le Premier Ordre

Voir le profil de l'utilisateur
Ven 12 Oct - 18:43



« Sous couverture»


Cyrel & Zaath








Peu importait le grade que pouvait avoir Zaath, peu importait celui qu'il avait toujours eu d'ailleurs, l'homme n'était pas du genre à se traînasser derrière un bureau toute la journée, se contentant de donner des ordres, en offrant les pires tâches aux membres tout en bas de la hiérarchie. Non, le général avait pris l'habitude, depuis son plus jeune âge, de faire les choses par lui-même. Sur Corruscant, déjà, il avait pris l'habitude de mener des hommes au combat, préférant la première ligne, plutôt que les appartements bien calme de son père et, même lorsqu'il était dans l'armée régulière, rester en arrière l’insupportait. Selon lui, c'était en faisant les choses lui-même que celles-ci étaient bien faites. Non pas qu'il y avait un manque de confiance envers ses hommes, loin de là mais, tous étaient faillibles, dans tel ou tel domaine. Non pas que lui n'en avait aucune, de failles, mais, sans avoir à consulter de rapport, notre ami était certain d'avoir le plus d'information gravées dans sa mémoire. Il préférait vivre la chose, par lui-même, afin de ne rien oublier et, de ne pas passer à travers quoi que ce soit. Il y avait aussi le fait que, le sale travail, Zaath en avait l'habitude, depuis son plus jeune âge, ainsi, le résistant était certain que la chose serait bien faite. Malheureusement, les nouveaux membres de la Résistance, même s'ils avaient la motivations et le cœur de bien faire les choses, pouvaient parfois se faire prendre. Il était rare que l'un d'eux se mette à table, très rare même, tous ayant de grandes convictions pour rejoindre ce groupe. Malheureusement, l'état dans lequel on retrouvait avait, parfois, de quoi retourner le cœur, ou l'esprit.

 Alors, préférant partir lui-même sur des missions qu'il jugeait délicates, voire un peu trop compliquée, notre homme s'était retrouvé dans cette navette, déguisé en un membre du Premier Ordre. Une horreur. Cela avait beau n'être qu'une couverture, une façade, lorsqu'il entrapercevait son reflet dans un hublot ou une porte métallique un peu trop lustrée, Septimo avait quelques haut-le-cœur, se dégoûtant de porter pareil habit. Malgré ce dégoût, son visage ne laissait rien paraître, se comportant globalement comme n'importe quel membre de cette hideuse organisation. Obtenir un de ces uniformes ne fut pas bien difficile, comme choper cette affectation sur une planète chaotique où rien ni personne ne pouvait vouloir aller de lui-même. Des radiations et des températures volcaniques, un air irrespirable et une désolation à perte de vue. Un lieu de vacances rêvé pour tous et toutes. Cependant, il fallait bien reconnaître que c'était un endroit relativement bien pensé pour installer une base, même si les travaux ne durent pas être une mince affaire et que, les plans d'un tel lieu durent être pensés bien des années auparavant. Cela prouvait bien que, parmi ces gens, il devait y avoir de sacré cerveaux, malheureusement. Avec des contacts et des experts disséminés un peu de partout dans la galaxie, Zaath put glisser une photo de lui, en changeant deux ou trois petites choses à un dossier déjà existant, pour finalement prendre la place d'un sous-officier devant arriver sur la fameuse base. Sous-officier qui ne fut pas choisi au hasard non plus. Les candidatures furent épluchées avec grande précaution, faisant attention que cet homme n'ait pu avoir aucun contact avec quiconque dans cette base, afin de ne griller aucune couverture. Une enquête menée sur plusieurs semaines, ne restait qu'à espérer que cette visite puisse lui permettre d'obtenir des informations, tant sur le lieu que sur le groupe.

 Enfin arrivé et, après avoir fait semblant de sympathiser avec quelques membres, Zaath, nommé Dezial, pour l'occasion, envoya valdinguer un paquetage dans les appartements qu'on lui avait attribué, avant de promener dans le complexe, sensible aux bruits de couloirs, mais aussi aux grades présents en ce lieu. S'il y avait des grands officiers, il fallait rester proche d'eux, écouter, observer et comprendre. Une telle présence impliquerait de grandes opérations, en cours ou à venir. Cette première ronde le fit, un moment s'arrêter devant une immense baie vitrée, laissant s'exposer le chaos de cette planète aux yeux de tout le monde. Voyant tant de rouge et de fumée le fit presque brûler de l'intérieur et, surtout, son côté droit, calciné, qui semblait une vague de chaleur le rendre moite. Sensation particulièrement désagréable. On le salua, à de nombreuses reprises et, il en fit de même. L'avantage d'être à ce rang c'est que personne ne venait vous embêter. Pas assez important pour qu'on vienne vous chercher pour les missions importantes et, surtout, pour qu'on fasse attention à vous. Pas suffisamment en bas de l'échelle pour qu'on vous confie les corvées.

 Lassé de ce paysage sombre et volcanique, le résistant se remit en route, continuant sa ronde, espérant retenir des visages importants, des lieux où traîner, mais aussi savoir où étaient les lieux les plus importants, tel la cafétéria. Ah, ça, pour la bouffe, ça y allait. Malgré un physique finement dessiné, notre homme était un gouffre sans fond, lorsqu'ils 'agissait de passer à table et, n'importe quelle origine lui allait, ayant grandi dans la rue et manquant de mourir de faim, tout lui allait. C'est après une longue marche à travers le complexe que le général se décida enfin de se rendre vers ce fameux lieu stratégique, appelé par un ventre à moitié vide, grondant son désarroi et son envie de carburant. Pourtant, ses pas ne le menèrent malheureusement pas jusqu'à ce lieu de ripaille, son esprit, son regard ainsi que son attention, captivé par quelque chose de mieux. Bien plus beau, bien plus intéressant et important. Une femme. Oh et quelle femme ! Une blonde, une de celles qu'on pouvait voir décrite dans les livres anciens, faits de papiers, lorsque des poètes tentaient, comme il le pouvaient, de décrire un des présents de Dame Nature aux pauvres hommes que nous sommes. Un visage, semble-t-il parfait, une silhouette fine et élancée, un regard sérieux et travailleur, le tout dans un uniforme blanc et médical. Ah, ce visage, quelle merveille. Ainsi, ce qui devait arriver arriva et, obnubilé par cette apparition presque divine face à lui, Zaath resta un moment immobile, se perdant dans la contemplation de cet être, finissant par capter son attention et qui, dans un sourire qui semblait illuminer le tout, lui demanda ce qu'il pouvait bien vouloir.

 Revenant difficilement à la réalité, l'infiltré agita doucement sa tête en s'avançant d'un pas vers cette sylphide. Improviser vite et bien. « Excusez-moi, madame. Je … Ah ! Je ne pensais pas croiser pareille femme dans un lieu si … Si dévasté. » Un léger sourire en coin s'afficha doucement sur son visage, se voulant chaleureux et rassurant, avant de reprendre, riant avec légèreté. « Je pense même que, je n'aurais jamais imaginé croiser si belle femme, ou que ce soit dans la galaxie vous êtes ... » Zaath ne prit guère le temps de finir sa phrase, se contentant d'agiter doucement ses deux mains devant lui, en signe de négation, tout en soupirant longuement, faisant mine de se sentir coupable et idiot. « J'ose espérer que vous excuserez mon impolitesse. J'étais venu pour votre expertise médicale et, me voilà à vous réduire à votre simple physique. Quelle impolitesse, d'autant plus que, des hommes bien plus éloquents que moi ont du vous vanter, bien mieux que moi, vos traits. Quoi que je puisse dire, je ne saurais guère me rapprocher de ces gens-là. » Affichant un doux sourire en mettant une main sur son cœur tout en s'inclinant légèrement et respectueusement face à elle, en signe qui se voulait de pardon, le général finit par faire quelques pas en sa direction, ôtant doucement ses gants qu'il rangea négligemment dans sa poche arrière, pour finalement faire tomber le haut de son uniforme. En plus de dévoiler sa musculature qu'on image travaillé et entretenue, l'on pouvait y voir d’innombrables cicatrices, de toutes tailles, recouvrant buste, dos et bras gauche. Cependant, ce qui attirait l’œil, avant tout, c'était cette immonde brûlure – et encore, le mot était faible – recouvrant son bras droit entier, empiétant sur son torse, sa clavicule, ses côtes et son dos. Calciné, qu'on lui avait dit, des vallons semblant plus à du carton que de la peau s'étaient formés un peu de partout sur cette partie du corps. Le monstre exposé à cette femme qui avait certainement dû voir bien pire, après tout, lui avait survécu, Zaath passa une main dans sa barbe, pensif une demie-seconde. « Voilà, une vieille blessure, causée par ses enfoirés de ... » Grimaçant en revoyant les images de ce jour terrible, le blond ne termina pas ses mots, se contentant de renchaîner sur d'autre chose. « Enfin, vous savez. Je crois bien que le … Climat. Je sais même pas si on peut appeler un tel chaos, climat … De cette planète ne me réussit pas, j'ai cette sensation de brûlé, encore et encore,ça suinte, j'ai les mains moites et … Ouais, ça me lance pas mal. Si vous aviez des médocs ou j'sais pas, une pommade pour calmer tout ça, doc', je prends bien volontiers. » Qu'il termina avec un grand sourire chaleureux.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cyrel Harper
Unité médicale du Premier Ordre
Crédits : 493
Jetons de Force : 0
Disponibilité RP : 2/2.
Autres comptes : Ginger Storm, Miranna Zanedi, Syna Ren.
Avatar : Amber Heard.


Âge : Trente ans.
Surnom : Cyri ou docteur Harper.
Profession : Médecin dans l'unité médicale du Finalizer, activiste profondément convaincue et aide médicale pour les interrogatoires musclés.
Allégeance : Premier Ordre, il n'y à que lui qui compte, et rien d'autre.
Inventaire : Un couteau laser et un vaisseau de transport (Cargo léger de type YT-2400).

Voir le profil de l'utilisateur
Lun 15 Oct - 22:51

Sous couverture

feat Zaath Harclay

Le docteur observa pendant quelques secondes ce visage hébété qui lui faisait face. Le soldat semblait la détailler en silence, le regard pétillant et attentif face à l'innocente créature devant lui. Harper tiqua légèrement, le coin de sa bouche se tordit. Ce signe, à peine visible, disparut rapidement derrière un faux sourire angélique, comme elle savait si bien le faire. La question qu'elle lui posa sembla le sortir de sa rêverie, le soldat se présenta à elle, étalant ses charmes de façon peu conventionnelle et très insistante. Cyrel colla son dos contre sa chaise, croisant ses bras contre sa poitrine, elle l'observait avec cette même attention polie, jusqu'à ce qu'il termine enfin son baratin et qu'il en vienne au fait.

Ce discours qu'il exposa de sa voix grave et rauque, dura quelques secondes. Chaque mot était distinctement prononcé, sans une bavure, ni un tressaillement. Aucune hésitation ne coupait son rythme ou son aisance, malgré ce qu'il voulait essayer de faire transparaître. Cyrel l'examinait toujours, assise sur son fauteuil de bureau. On ne pouvait voir dans son apparence qu'une charmante jeune femme qui patientait poliment pour éviter de vexer son interlocuteur. En réalité, le docteur Harper décortiquait la moindre parcelle de peau, le moindre rictus, la moindre maladresse. L'examen faisait partie intégrante de son travail, mais aussi de son caractère. Cela lui permettait de découvrir les failles, et de les utiliser pour ses propres desseins. Là, le personnage face à elle la perturbait. Ce physique athlétique n'avait rien à envier aux soldats sur la base, ou même à ceux du Finalizer. Sa peau et les traits de son visage semblaient marqués par une vie compliquée, il inspirait le respect mais aussi une certaine autorité, quelque chose qu'un simple grade de sous-officier ne suffisait pas à expliquer. L'homme inspirait le pouvoir, la domination et le leadership. Ces choses émanaient de son aura que la jeune femme tentait de capter de part son regard aiguisé. En tant que femme, le docteur trouvait le spécimen fort intéressant, sa génétique l'avait gâté. Alors que son petit discours de rattrapage sembla finit, Cyrel lui répondit de sa voix claire. « Ne vous inquiétez pas soldat, je ne vous aie pas trouvé impoli » Mentit-elle, dans une sincérité feinte, un sourire tendre dévoilant sa parfaite dentition. « Ne vous occupez pas de ces hommes qui, comme vous, ont vanté mon physique. Venons-en au but de votre visite, vous voulez-bien ? » Ses paupières se fermèrent légèrement à la fin de sa phrase, accentuant encore plus son sourire et son air radieux qui lui collait affreusement bien à la peau. Cyrel était devenue maître dans l'art de la manipulation, surtout face à des hommes.

Le sous-officier se dévêtis. Cyrel enfila une paire de gants bleus et s'approcha de ce que son nouveau patient voulait qu'elle examine. Ses iris céruléennes observèrent avec un grand intérêt cette impressionnante brûlure qui s'étalait sur toute une partie de son corps, de son bras droit jusqu'à une partie de son torse. Elle avait presque totalement ignoré ce magnifique torse masculin qui s'exposait à nu face à son regard de femme. La chaise du médecin roula en arrière quand la blonde se leva. Pliant légèrement les genoux, elle touchait du bout de ses doigts cette peau nécrosée. Son index pressait par endroit les lambeaux de peau, soulevant par moment une croûte ou deux, sans porter la moindre attention à la créature vivante sous ses doigts. « Mh, oui. Je vois » Lui dit-elle, alors qu'il lui exposait son passé et sa demande. Le souffle chaud du médecin butait contre le torse nu et blessé du soldat. La main posée à plat sur la blessure, elle pouvait sentir la respiration régulière de son patient, lorsque son abdomen se gonflait à chaque inspiration. « C'est une sacrée blessure que vous avez-là » La conclusion était brève, efficace. Cyrel se détacha de ce torse vivant et ôta un-à-un ses gants, qu'elle jeta dans une poubelle. « Je regrette que votre blessure n'ait pas été soignée à temps, ou de façon plus ... optimale. Vous auriez peut-être évité une pareille étendue », elle passa une main dans sa longue chevelure. « Quelle unité s'est occupé de vous ? Je vais demander un transfert de votre dossier pour un examen plus approfondit. C'est quoi votre nom ? » Sans le savoir, Cyrel mettait le doigt sur une partie sensible. Ce qu'elle pensait être un fidèle soldat du régime n'était en réalité qu'un vulgaire traître, un rebelle, mais ça, elle l'ignorait. Heureusement pour cet inconnu, la jeune femme n'avait pas été formée pour démêler la vérité, elle se contenta donc de lui sourire et de sortir son datapad.

Ses doigts fins et agiles pianotaient rapidement sur l'écran. « Je vais vous prescrire une crème anti-inflammatoire et antalgique, à étaler une fois par jour, avant d'aller vous coucher, à faire pendant une semaine. Pour la journée, vous pouvez prendre deux comprimés de Xenox toutes les six heures, en cas de fortes douleurs revenez me voir. Lorsque j'aurais votre dossier sous les yeux, j'aviserai. On va dire que c'est en attendant, je m'en voudrais de voir un fier soldat du Premier Ordre souffrir à cause d'une vilaine blessure. » Comme on calmerait un gamin ou qu'on caressait un chien, Cyrel ôta la calotte du soldat et lui caressa le haut du crâne. C'était clairement régressif, mais ce geste avait pour unique but de donner un air maternel à la belle Cyrel face à un patient effectivement en souffrance. Elle retourna rapidement à son datapad puis se leva, le regard toujours rivé vers l'écran elle avançait dans la pièce. Arrivée face à une porte blindée et à un digicode, la jeune médecin quitta des yeux sa tablette pour rentrer un code. 0883921. Un bruit de succion se fit entendre, puis la porte s'ouvrir. Le docteur Harper revient rapidement avec un pot à l'étiquette neutre et une boîte contenant des gélules oranges. « Voilà soldat, ça devrait vous soulager. Vous pouvez vous rhabiller. Avez-vous d'autres questions ou problèmes sur la base ? Je viens d'arriver, je ne me suis pas encore tout à fait familiarisée avec les us et coutumes sur Nkllon. »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Zaath Harclay
Armée de la Résistance
Crédits : 421
Jetons de Force : 0
Avatar : Charlie Hunnam @ Isleys


Âge : 42 ans
Surnom : Septimo. Ce fut plus un prénom qu'un surnom, durant de nombreuses années mais, désormais, il ne s'en sert que lorsqu'il doit faire affaire avec les pires hommes de la galaxie. C'est un nom qui inspire encore le respect et la crainte, dans les bas-fond d'une partie de Galactic City.
Profession : Général au sein de la résistance, affilié aux renseignements
Allégeance : La résistance et, surtout, à l'idée de détruire le Premier Ordre

Voir le profil de l'utilisateur
Ven 9 Nov - 18:05



« Sous couverture»


Cyrel & Zaath








Cette belle inconnue semblait attentive à chaque mots et chaque gestes de son nouveau patient, semblant chercher plus loin que ce qu'une première impression pouvait laisser présager, ce qu'une façade pouvait cacher. Du moins, c'est ce que Zaath supposait à en voir l'attention qu'elle lui portait lorsqu'il parlait, relativement éloignée des réponses qu'elle put lui tendre, semblant bien fade à ses oreilles. Bien entendu qu'il l'emmerdait avec ses discours de pilier de bar. Bien sûr que des gars bien plus éloquents dans ce domaine lui avait conté fleurette et, qu'on se le dise, notre ami était capable de bien mieux mais, autant ne pas trop en faire. Autant ne pas attirer trop l'attention et ne pas risquer un mot déplacé qui pourrait trahir cette nouvelle vie. Elle avait beau arborer un magnifique sourire, radieux et bienveillant, capable de faire fondre et de briser des cœurs en un instant, il était difficile d'imaginer que pareille chose puisse être réellement sincère. Était-ce de la politesse ? Était-ce simplement une ruse pour éviter de quelconques échanges de mots un peu trop violents ? Ou peut-être encore, qu'elle souhaitait tout simplement passer à autre chose le plus rapidement possible. Théorie qui avait de grandes chances d'être, au final, un fait, à en croire la suite de ses mots, demandant tout simplement ce qu'il désirait. Alors, sur un ton plus sérieux, le général expliqua son problème, trouvant un grand fond de vérité dans son récit, dans l'espoir de lui donner le plus de crédibilité possible. L'homme n'avait pas la moindre idée de qui pouvait se trouver face à lui mais, une chose était certaine, un docteur ne pouvait être la moitié d'un con, encore plus sur une telle base.

Se déshabillant alors pour montrer l'étendue des dégâts, la jeune femme s'avança vers lui, sans sourciller ne serait-ce qu'un instant, prouvant qu'elle avait de la bouteille, la blonde. Sans nul doutes qu'elle avait vu bien pire que ça, ou fait, même. Des gens de cette organisation, il fallait bien s'attendre à absolument tout de leur part. S'approchant dangereusement prêt de lui, une main gantée de bleu se balada sur le bras, triturant quelques croûtes avant de se poser délicatement sur le torse, tout en expirant sur cette peau nue. Restant stoïque face à tout cela, Zaath écouta attentivement ce que la belle avait à lui raconter, racontant même en passant une main dans sa longue et divine chevelure, qu'elle était désolée de voir que cette brûlure ne put être soignée à temps. Puis, tout en sortant son datapad, elle en vint à demander son nom, enfin d'en tirer son dossier, mais aussi pour connaître l'unité qui avait bien pu s'occuper de lui. Là où un bleu se serait très probablement fait prendre, l’infiltré soupira un long moment, restant toujours concentré et parfaitement dans son rôle, tout en se grattant légèrement le menton, l'air désolé. « Je suis désolé doc', ce sont là des informations classées top secret. J'étais … Comment dire ça ? » Faisant une moue, l'aidant à créer l'illusion d'une certaine réflexion, pendant que sa main vint caresser cette barbe, tandis qu'il regardait le plafond, le résistant resta ainsi quelques secondes avant de faire venir s'entrechoquer ses deux mains, l'air empli de fierté d'avoir pu trouver les bons mots. « Vous savez, le genre d'unité qui n'existe pas, qui n'a pas de nom et dont les missions ne se sont jamais déroulées. » Riant bêtement un bref instant il reprit. « Tout ce que je peux vous dire c'est que j'ai été soigné dans un trou à rat, avec du matériel pas forcément adapté. Pour résumer brièvement, une navette a explosé, je n'étais pas vraiment loin et, le carburant en train de brûler m'a éclaboussé dessus. Je n'ai pas pu éteindre les flammes, pour des raisons évidentes de survie. Enfin, j'ai pu garder mon bras, j'en suis plutôt heureux. » Un nouveau soupir, plus long cette fois, accompagné d'un sourire en coin, à mi-chemin entre la tristesse et la nostalgie, avant de se rendre compte de son oubli, face à la question de la belle. « Je m'appelle Dezial Mormont, doc'. J'ai pris soin de faire transférer mon dossier médical, avec … Avec pareille blessure, j'étais certain de devoir consulter un médecin, à un moment ou un autre, alors j'ai pris les devants. Malheureusement, j'ai bien peur que vous ne trouviez que peu de choses intéressante à l'intérieur.. »

Pendant qu'il répondait à ses questions, le docteur sembla pianoter sur son écran avant de lui expliquer les prescriptions, une pommade à appliquer avant de se coucher et quelques gélules à avaler, espacées de six heures. Si la douleur se révélait trop intense, cependant, il n'avait qu'à venir la voir. Puis, dans un pseudo élan de compassion, la blondinette se mit à caresser le crâne de son interlocuteur, comme on aurait pu le faire à un chien. Là où, le vrai Zaath aurait simplement refusé ce genre de geste humiliant en décochant un violent crochet du droit, directement en pleine mâchoire, Dezial lui, resta fidèle à lui même, semblant presque gêné par pareil contact avec cette divine créature, riant bêtement à cette grattouille, semblant heureux et béât. L'humiliation passée, le docteur se déplaça jusqu'à une porte blindée épaisse pour tapoter sur le digicode. Code que, instinctivement, le général espionna du coin de l’œil, tout en enregistrant furtivement l'information, quelque part dans son esprit, au cas où cela pourrait lui servir à un moment. Bientôt, la jeune femme revint avec une boîte et un pot en verre qu'elle lui tendit, avant de lui demander de se rhabiller, avant de s'inquiéter de son intégration à la base, demandant simplement s'il avait des questions. Attrapant délicatement les produits qu'il rangea dans la poche arrière de son pantalon, notre homme finit par se rhabiller tout en souriant bêtement. « Merci doc'. J'vais m'occuper de tout ça, j'espère que ça ira mieux. Juste … Pour les pilules, est-ce que vous avez des recommandations ? Du genre avant le repas, pendant, après … Je sais jamais trop quand avaler tout ces machins et, il paraît que certains trucs sont mauvais selon comment on les prend. » Riant légèrement et bêtement, Zaath finit de boutonner sa veste avant que son attention ne se reporte sur son interlocutrice. « Je dois bien avouer être encore un peu perdu, je viens d'arriver moi aussi et … Ah, est-ce que vous savez où est la cafeteria ? Je meuuuuurs de faim. »

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cyrel Harper
Unité médicale du Premier Ordre
Crédits : 493
Jetons de Force : 0
Disponibilité RP : 2/2.
Autres comptes : Ginger Storm, Miranna Zanedi, Syna Ren.
Avatar : Amber Heard.


Âge : Trente ans.
Surnom : Cyri ou docteur Harper.
Profession : Médecin dans l'unité médicale du Finalizer, activiste profondément convaincue et aide médicale pour les interrogatoires musclés.
Allégeance : Premier Ordre, il n'y à que lui qui compte, et rien d'autre.
Inventaire : Un couteau laser et un vaisseau de transport (Cargo léger de type YT-2400).

Voir le profil de l'utilisateur
Dim 11 Nov - 0:31

Sous couverture

feat Zaath Harclay

« Je vois. » Sa voix était terriblement neutre derrière son apparence angélique. Le docteur Harper connaissait les habitudes dans l'armée du Premier Ordre, et ce n'était pas la première fois qu'on lui sortait ce genre de justification lorsqu'elle posait une question. Elle ne s'interrogea pas plus que ça sur la véracité de ses mots, car son dossier médical apparaissait sous ses yeux. Aurait-elle pu se douter que l'intéressant sujet qui lui faisait face, n'était en réalité qu'un traître de rebelle ? Non. Sa naïveté naturelle la perdait peut-être. « Effectivement monsieur Mormont, votre dossier n'indique pas votre prise en soin pour votre bras, je vais le mettre à jour. » Ses longs doigts, parfaitement manucurés, pianotèrent à nouveau sur l'écran de son datapad. Les informations défilaient à une vitesse folle sous ses iris bleues. Âge, cercle familial, études, parcourt militaire, tout y était répertorié. Intéressant. La blonde sursauta légèrement quand les mains du résistant s'entrechoquèrent, elle quitta l'écran des yeux pour reporter son attention sur son patient. Dans son discours, le soldat expliqua brièvement les circonstances de l'accident, faisant presque vivre l'instant avec sa voix grave. La belle Cyrel resta là, silencieuse, à l'observer fixement jusqu'à ce que son discours ne se termine par un profond soupire. Intéressant, très intéressant.

Les traits de son visage s'étaient figés, pendant un court instant. Progressivement, sa peau se détendit, laissant apparaître une risette discrète dans le coin de ses lèvres. Elle tendit son bras en direction de son bureau, déposant avec délicatesse le datapad. « Quel choc ça a dû être pour vous, de vivre ça. Heureusement, comme vous dites, vous avez pu garder votre bras (...) Je m'occuperai de mettre ces données à jour. L'important c'est que vous puissiez effectuer votre travail de façon convenable, ce qui est le cas je suppose. Sinon vous seriez venu chez moi bien plus tôt. » Petit trait d'humour bien placé, accompagné d'un rire qui avait l'air sincère.

Les explications s'enchaînèrent et le docteur Harper s'occupa de fournir à son patient de quoi gérer cette vilaine blessure. Retournant s'asseoir à son bureau, elle l'observa se rhabiller, profitant pendant ces dernières secondes d'un corps vraiment agréable à regarder. Ah, heureusement qu'elle ne travaillait pas directement dans l'armée. Tous ces mâles musclés, bourrés de testostérone. Un vrai plaisir pour les yeux amateurs de chair fraîche. « Ne vous inquiétez pas, ces comprimés ne vont pas vous tuer si vous les prenez en dehors des repas. Avec un peu d'eau, toutes les six heures, comme je vous ai expliqué précédemment. Si vous sentez des effets secondaires, comme des nausées, des troubles de la vision ou un transit modifié, revenez quand même me voir. Les rythmes de prises sont indiqués sur le flacon, si jamais vous oubliez. Le plus important, c'est que vous étaliez cette pommade régulièrement, c'est ce qui permettra d'améliorer votre état cutané. Sinon, il faudra passer par la chirurgie reconstructrice. Mais ce n'est pas dans mes compétences, il faudra directement voir les chirurgiens sur Wayland. » Cyrel continuait de l'observer reboutonner son uniforme militaire.

Un court silence suivit cette dernière demande du soldat. C'était bien la première fois qu'on lui posait ce genre de question. Etait-il sérieux ? Cherchait-il à ce qu'elle l'accompagne en personne, histoire de prolonger cet instant de quasi complicité ? D'abord hésitante dans sa réponse, Cyrel ouvrit la bouche pour répondre, lorsque son abdomen indiqua clairement que la faim avait fait son apparition. Le grognement lui coupa la parole. Cette fois-ci c'était Cyrel qui se laissait berner par ce sourire innocent. « Oups », s'exclama-t-elle, gênée, alors que ses joues, habituellement si pâles, s'empourprèrent. « Je pense que je vais vous accompagner directement, mon corps est en train de me trahir lui-aussi. Allons voir ce que propose le self de la base, peut-être croiserez-vous certains de vos camarades de régiment ? » Sans quitter son habituel sourire, qui contrairement à ce qu'on pouvait penser était totalement factice, la belle jeune femme se leva de son fauteuil. « Allons-y monsieur Mormont ».

Cyrel Harper, et son patient Dezial Mormont, déambulaient côte-à-côte dans les allées désertes de la base de Nkllon. Ils marchaient en silence, aucun des deux n'osa prendre la parole. Le regard attentif à son environnement, la blonde cherchait des indications pouvant les mener à ce self. La base était immense, les couloirs trop nombreux et les panneaux explicatifs quasiment inexistant. « C'est vraiment dommage, rien n'est indiqué. Même mon bureau  au bloc B est indiqué, sur le Finalizer, je ne comprend pas pourquoi le self n'est pas ... » Soudain, un soldat la bouscula violemment. Sans s'excuser, ni même lancer le moindre regard à la pauvre Cyrel qui était tombée au sol, l'homme en uniforme noir avait continué sa route. Elle se releva péniblement, avec l'aide de Dezial Mormont qui fit preuve d'une galanterie sans égal, puis observa la silhouette disparaître au loin, dans un couloir. Les sourcils froncés, elle ne prononça pas le moindre mot. Étrange comportement. C'était rare de voir les gens courir dans les couloirs, à moins qu'une urgence n'ait été déclarée. Dans ce cas-là, l'alarme aurait été activée. « Allons peut-être voir ce qu'il se passe par là-bas, quelque chose cloche ... » Effectivement, quelque chose clochait. Le docteur Harper ignorait parfaitement qu'un groupe de résistants indépendants avait infiltré la base.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Zaath Harclay
Armée de la Résistance
Crédits : 421
Jetons de Force : 0
Avatar : Charlie Hunnam @ Isleys


Âge : 42 ans
Surnom : Septimo. Ce fut plus un prénom qu'un surnom, durant de nombreuses années mais, désormais, il ne s'en sert que lorsqu'il doit faire affaire avec les pires hommes de la galaxie. C'est un nom qui inspire encore le respect et la crainte, dans les bas-fond d'une partie de Galactic City.
Profession : Général au sein de la résistance, affilié aux renseignements
Allégeance : La résistance et, surtout, à l'idée de détruire le Premier Ordre

Voir le profil de l'utilisateur
Dim 2 Déc - 17:42



« Sous couverture»


Cyrel & Zaath








Suite à la réponse de la jeune femme, Zaath observa un peu plus attentivement les fameux flacons, avec les indications qu'ils donnaient, lui offrant une petite moue d'approbation en agitant la tête doucement. « Bien, bien. Merci. » Relevant doucement les yeux pour regarder en direction de son interlocutrice, l'infiltré eut un doux sourire, avant que son attention ne se reporte sur cette main nue et calcinée, qu'il ferma et rouvrit à plusieurs reprises, avant d'agiter ses doigts de la même manière, chose qui finit par lui tirer une petite grimace douloureuse. « Je dois bien admettre que je refuse catégoriquement la chirurgie. Non pas que j'aie peur de perdre de la mobilité, ou je ne sais quoi. La perte est déjà importante sur … Ce qui me reste. J'ai besoin de cette douleur, encore. » Un soupir vint couper ses mots avant que son regard ne se porte à nouveau sur la belle, face à lui, ne sachant trop quelle émotion afficher pour aller avec ce genre de mots. « Je ne veux pas oublier ce pour quoi je me bats, mais aussi, ne jamais oublier la chance que j'ai d'être encore en vie. Cela me pousse à redoubler de vigilance et … De férocité au combat. » Un petit rire plus tard, notre ami récupéra ses gants, toujours bien rangé dans sa poche arrière pour les enfiler et ainsi cacher cette hideuse blessure. « Enfin, je suppose que pour un médecin, cela doit plus relever d'une profonde stupidité qu'autre chose, je sais bien que cette blessure finira par causer ma perte. Il arrivera, à un moment ou un autre que le faiblesse musculaire me retardera d'un dixième de secondes au combat et je me ferais tuer. Mais, voyez-vous, sans elle, peut-être que j'aurais abandonner notre combat, depuis un long moment déjà. Peut-être aurais-je sombré dans la dépression la plus noire aussi. » Qu'il ponctua d'un petit sourire empli de nostalgie et de tristesse, repensant à ses frères et sœurs, perdus ce jour-là, ainsi que son épouse. Restant silencieux une poignée de secondes, le blondinet finit par agiter négligemment la tête, comme pour revenir à la réalité. « Enfin, excusez cet élan de nostalgie. Je vous remercie pour vos conseils et vos remèdes, dans tous les cas. »

Bientôt, la conversation tourna autour de la chose la plus importante du monde : la bouffe. Mourant de faim, le général finit par proposer au docteur de l'accompagner au self, plus par peur de se perdre qu'avec l'intention de passer plus de temps avec elle. Même si, au final, la chose ne le dérangerait pas plus que cela, bien au contraire. Cette demande soudaine sembla pourtant bel et bien surprendre la jeune femme, avant que son ventre ne vienne à gronder suffisamment pour que Zaath n'entende la chose. Ce bruit sembla gêner terriblement la belle qui se perdit dans un sourire étrangement franc, ainsi que des joues rougies, certainement par une certaine honte qui n'avait pourtant pas lieu d'être. « Voilà une bonne nouvelle. Cependant, rassurez-vous, j'ai bien vu votre surprise et, ne vous en faites pas, doc', je sais où est ma place. Loin de moi l'idée d'avoir à user de si fourbes subterfuges pour passer un peu plus de temps avec vous j'ai simplement, comme vous, il semblerait, terriblement faim. Rien de plus, je peux vous l'assurer. » Un petit rire vint ponctuer ses mots avant de parler de ce sujet qui se devait d'être fâcheux pour son personnage et dû puiser dans ses propres souvenirs, ceux liés à cette blessure, pour répondre à ce que la belle évoquait, d'un air terriblement sombre. « Je crains fort que cela ne soit pas envisageable, j'ai été terriblement chanceux lors de notre dernière mission, bien plus que mes frères d'armes. »

Les deux jeunes gens finirent par déambuller dans des couloirs étrangement calmes et vides mais, ne connaissant guère les lieux, cela ne mit en rien la puce à l'oreille du général, n'ayant malheureusement pas le moindre élément de comparaison. En temps normal, ces derniers étaient bien plus agités et bruyant mais, force était de constater que quelque chose se passait, en ce jour. Respectant sa parole, Zaath ne lança nulle conversation avec Cyrel, ne voulant pas que cette dernière voit en ces mots une quelconque envie de profiter de la situation. Ce fut elle, qui vint briser le silence en se plaignant du manque d'indication de cette base, avant qu'un soldat, courant à vive allure ne la renverse, sans un mot, sans une excuse, lui coupant ainsi la parole. Bien que l'idée de poursuivre cet homme de peu d'éducation pouvait être alléchante, l'infiltré se concentra sur la demoiselle au sol, pour lui proposer une main valide, pour l'aider à se relever, pour finalement récupérer son datapad tombé un peu plus loin, avant de s'assurer qu'elle allait bien. Le comportement de cet inconnu attira la curiosité de la belle qui suspecta un événement suspect. Fronçant les sourcils en entendant cela, le général eut comme un frisson, une sensation inexplicable qui le fit se décaller d'une poignée de centimètre sur le côté, avant qu'un son particulièrement reconnaissable de tir de blaster ne se fasse entendre et lui arrache un bout de son flanc, lui évitant de peu, la mort, ou pire encore, une paralysie complète. Un gémissement de douleur prit Zaath qui, pourtant, dans un éclair de lucidité attrapa le bras de la belle pour l'amener férocement au détour d'un couloir, pour lui éviter de se faire tirer dessus.

Enfin à couvert, le quarantenaire s'excusa pour la brutalité de son geste mais, avait-il vraiment eu le choix ? Pas vraiment. Sauver une vie pouvait amener l'ouverture de bien des portes et, si le docteur venait à lui faire confiance, peut-être apprendrait-il des choses sur tout cela. Levant son index au plafond, comme pour lui signaler de ne pas faire le moindre bruit, il finit par passer la tête dans ce couloir pour y jeter un œil. Trois hommes, avec un équipement vétuste, probablement des pirates, pillards, ou encore des membres e petits groupes de résistants indépendants. Qui qu'ils puissent être, ils faisaient vraiment chier. Un nouveau tire faillit lui arracher le nez mais, Zaath se retira suffisamment tôt. « Chier. J'ignore ce qu'ils veulent, mais ils sont pas là pour rigoler. Je vais vous demander de me faire confiance doc' sur ce coup-là. Je m'occupe de ces petits cons et, si on sort de là, je vous demanderais de me rafistoler. » Un petit sourire en coin, comme pour montrer que l'idée de revoir pareille merveille lui plaisait, notre ami finit par ôter à nouveau sa veste, qu'il balança négligemment par terre, il n'en aurait plus besoin. Cependant, en se montrant ainsi, le général pourrait bel et bien prouver sa bonne foi, ni armes, ni subterfuges et bel et bien blessé. Faisant signe à la blondinette de rester là à l'attendre, l'infiltré parla avec puissance pour être sûr que les intrus puissent l'entendre. « Hey ! Ecoutez ! Je suis blessé et je ne suis pas armé ! Je vais sortir, je veux juste me rendre, pas envie de crever sur cette putain de planète ! Rien à foutre de tous ces gens, j'veux juste rentrer chez moi et retrouver ma gamine, alors tirez pas, je me rends ! » Un petit sourire en coin à la belle, Zaath fit sortir ses deux mains en premier, pour montrer sa bonne foi.

Sortant doucement de sa cachette, il vint les fixer à l'arrière de son crâne et fit un tour lent sur lui-même, tout en avançant vers les trois ennemis, prouvant bien qu'il ne cachait aucune arme sur lui. Stratagème qui sembla bel et bien fonctionner, si bien qu'aucun tir de fut effectué sur lui. Arrivé face à eux, avec un canon directement sur le front, un des hommes le fouilla et ne trouva que peu de choses, si ce n'était un briquet, des cigarettes et quelques médicaments. Alors que tous trois étaient concentrés sur cette découverte, Zaath passa enfin à l'action. De sa main gauche il enroula son bras autour du fusil sur son front pour bloquer le bras de sa cible, de sa main droite, il vint frapper avec puissance et grande vitesse, à deux reprises, la glotte de celui qui le tenait en joue pour l’étouffer. Se servant de l'élan de son deuxième coup de poings, il vint frapper avec une force inouïe, le genoux du second homme d'un pied fulgurant, suffisamment fort pour qu'on entende l'os craquer. Arrivé à portée, le général attrapa cette tête qu'il vint écraser d'un coup de genoux tout aussi rapide et puissant pour envoyer sa cible valser au loin, inconsciente. Le troisième homme n'eut guère le temps de faire grand chose, tentant de lui tirer dessus mais, aussi proche de son assaillant, Zaath put détourner le canon le frapper d'un uppercut dans l'estomac, avant de passer dans son dos et lui briser la nuque. La menace principale éliminée, notre homme récupéra un couteau sur l'homme mort, dans l'unique but de terminer proprement les deux survivants. « C'est bon doc', vous pouvez sortir de là. » Suite à ses mots, le résistant porta sa main à sa vilaine blessure pour y voir une quantité suffisante de sang pour le faire longuement soupirer. Allumant son briquet, le soldat chauffa la lame de ce couteau pour venir cautériser la plaie, espérant au moins stopper le saignement, dans un grognement terrible de douleur. « Fait chier putain, enfoirés de rebelles. ! » Finissant par attraper le fusil il le tendit à la jeune femme. « Tenez doc, savez vous servir de ce genre d'armes ? On risque d'en avoir besoin, ils sont probablement pas seuls ces cons et, si on veut sortir entier de ce bordel … Y'a des chances que vous ayez besoin de tirer une ou deux fois. »

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cyrel Harper
Unité médicale du Premier Ordre
Crédits : 493
Jetons de Force : 0
Disponibilité RP : 2/2.
Autres comptes : Ginger Storm, Miranna Zanedi, Syna Ren.
Avatar : Amber Heard.


Âge : Trente ans.
Surnom : Cyri ou docteur Harper.
Profession : Médecin dans l'unité médicale du Finalizer, activiste profondément convaincue et aide médicale pour les interrogatoires musclés.
Allégeance : Premier Ordre, il n'y à que lui qui compte, et rien d'autre.
Inventaire : Un couteau laser et un vaisseau de transport (Cargo léger de type YT-2400).

Voir le profil de l'utilisateur
Ven 14 Déc - 1:48

Sous couverture

feat Zaath Harclay

Le docteur Harper n'était pas habituée à ce genre d'événement. Son quotidien était généralement rythmé par des visites médicales de routines, quelques entretiens et ses interventions ponctuelles dans des unités carcérales. Sa curiosité avait été piquée au vif lorsque ce soldat avait pris la fuite, après l'avoir violemment bousculé. On ne courait jamais dans une base, c'était presque une règle essentielle à respecter. Les seules fois où cette règle était brisée, c'était en cas d'attaque. Normal. A ses côtés, Mormont se tenait droit, le visage fermé. Sentait-il lui aussi que quelque chose se tramait, non loin d'eux ? Alors que la belle avait fait un pas en avant pour quitter le lieu, un tir de laser arriva vers eux, fit exploser un morceau de mur au passage et vint fondre sur le flan du soldat. Cyrel poussa un cri de surprise. Elle se laissa tirer par le bras, alors que le soldat du Premier Ordre tentait de la mettre à l’abri. Les tirs de blaster fusaient de partout dans le couloir, creusant d'énorme trous dans les murs en béton. Harper tenta de garder son calme face à une situation peu habituelle, et se plaça derrière Mormont, légèrement accroupie. Cyrel se rendit compte que c'était presque un miracle qu'elle soit encore en vie, cet inconnu venait de lui sauver la vie, au péril de la sienne. « Ça ... ça va aller ? » Eut-elle le temps de marmonner en fixant la plaie béante sur le flan de la victime. Le docteur savait pertinemment qu'elle ne pouvait rien faire. Elle n'était pas formée au maniement des armes et, sans ses instruments, elle ne pouvait clairement pas soigner sa blessure. Habituée à être en position de force, voire de domination, le petit bout de femme se sentait presque idiote dans cette situation de conflit.

Sa froideur avait presque pris le dessus sur son attitude habituellement si lisse et angélique. Ses iris observaient l'environnement de façon furtive, à la recherche de la moindre faille. Le soldat à ses côtés tentait lui aussi de trouver une issue de secours, allant même jusqu'à lui intimer de se taire, de lui faire confiance. Avait-elle le choix ? Un autre tir arriva vers eux, frôlant de près le visage du soldat blessé qui s'était reculé au bon moment. Ce dernier, guidé par ses instincts mâle de bagarreur, lui balança quelques mots virils en lui expliquant qu'il allait se lancer dans le combat à son tour et qu'elle devait sagement l'attendre. Pff, avait-elle un autre choix ? Cyrel opina du chef en signe d'approbation et s'adossa contre le mur en posture d'attente. Les traits de son visage étaient d'une neutralité glaciale, une expression que l'on pouvait aisément confondre avec un état de profonde concentration. Harper le laissa faire. A l'abri, elle se contentait de tendre une oreille discrète pour suivre la scène. Cet homme ne manquait pas de courage, ou de bêtise. Son petit tour risquait de lui coûter cher si ces idiots d'attaquants décidaient de ne pas le croire. Si c'était des soldats du Premier Ordre, ils l'auraient liquidé dès sa sortie, pensa-t-elle. Mais fort heureusement pour lui, le soldat était dans le bon camp. Enfin c'est ce qu'elle croyait.

Cyrel n'avait que peu de respect pour les soldats. Ils étaient généralement idiots, obéissants et naïfs. Nombreux étaient ceux qui venaient chez elle pour des blessures idiotes. Un coup de blaster perdu, une ancienne écharde ou du verre brisé dans les chairs. Non, le docteur Harper n'avait pas de considération pour de pareils sous-êtres. Ils n'étaient que de la chair à canon, rien de plus. Le soldat Mormont, lui avait quelque chose de spécial. Ce n'était pas qu'un simple suiveur sans cervelle, même si son plan paraissait à première vu relativement simple. L'étranger semblait dégager une forme de leadership naturel qui ne collait pas à son uniforme et à son grade. Soit, on pouvait toujours être surpris par les humains. Même son plan avait fini par marcher. Quelques minutes plus tard, et après quelques gémissements de douleur, le blondinet lui annonça qu'elle pouvait sortir de sa cachette.

La jeune femme se redressa doucement et se rapprocha du soldat. La plaie sanguinolente fut rapidement cautérisée par les bons soins du blessé. A l'arrache, mais efficace. La bouche de Cyrel se tordit légèrement mais elle ne dit rien. Inutile de rajouter une couche, cet inconnu l'avait sauvé. « Oui, ces rebelles vous ont bien touché. Ils ont eu ce qu'ils méritaient. » Lança-t-elle sur un ton cassant. Aucun regard pour les corps inanimés à ses pieds. Elle prit le fusil qu'on lui tendit, sans forcément savoir comment s'en servir. Ses iris se posèrent pendant un court instant sur ce couteau qu'il tenait encore entre ses mains carmines. « Si je dois me défendre, je préfère utiliser ça. Je ne suis pas un soldat comme vous, mais je sais me servir d'une lame. » Cyrel posa le fusil contre le mur et pris le couteaux des mains de Mormont. « Il faut faire sonner l'alarme, que toute la base soit au courant que nous sommes attaqués. Si ça se trouve, il y en a d'autre. Il faut éliminer cette vermine jusqu'au dernier. Venez soldat Mormont ! »

Consciente que le temps leur était compté, Cyrel s'élança dans les couloirs au pas de course, le couteau fermement tenu entre ses doigts, à la recherche d'une alarme qu'elle pouvait déclencher. Sa chevelure blonde flottait derrière elle et sautillait à chacune de ses enjambées. « Là ! » S'exclama-t-elle lorsqu'un boitier familier apparu près d'eux. Grâce à la garde de l'arme, elle brisa la petite vitre et appuya sur un bouton. Au même moment, la sonnerie stridente d'alarme retentit dans les couloirs. « Allons nous mettre à l'abri, nous ne devons pas nous mettre dans le chemin si des combats éclatent ... » Tout à coup, une ombre passa derrière eux et mit le soldat Mormont à terre. Une autre personne prit Cyrel par les épaules et tenta de l'immobiliser. La belle pivota gracieusement et planta sa lame dans la jugulaire de son agresseur. Ce dernier, choqué par la violence du coup, s'écroula à terre et se vida de son sang. Une flaque écarlate se mit à s'étaler doucement sur le sol immaculé, entourant progressivement les pieds du médecin qui se tenait immobile.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Couple sous couverture. Trouée
» Fin du rp: Couple sous couverture. Trouée {OK}
» Gabriel [Baali sous couverture Toréador]
» Pyras D. Dante [Fiche Technique]
» Tout est sous contrôle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars Origins ::  :: Expansion region :: Nkllon-
Sauter vers: