::  :: Expansion region :: Aquaris Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Diplomatic mission feat. Alana Horn

avatar
Jaina Ren
Chevalier de Ren
Crédits : 438
Jetons de Force : 2
Disponibilité RP : 2/2.
Autres comptes : Ginger Storm, Raena Gunstar.
Avatar : Emeraude Toubia (by WHORECRUX).


Âge : vingt-six ans.
Surnom : Jai.
Profession : Chevalier de Ren.
Allégeance : Premier Ordre.
Inventaire : un fouet laser, un sabre laser à lame rouge.
Holosphère :

Voir le profil de l'utilisateur
Mar 20 Mar - 17:05

Diplomatic mission
feat Alana Horn

Le corps somnolant de la Ren reposait sur un lit, couvert d'un voile en soie d'un rouge sanguin, en plein milieu de sa chambre. Cette pièce, qui se voulait naturellement d'un sobre militaire, était décorée d'une multitude de tissus colorées, des tentures ethniques drapaient chaque les murs. Des coussins, tous de tailles et de motifs différents, recouvraient un sol déjà couvert de tapis en laine bariolés. Des bougies, presque entièrement consumées, illuminaient encore certains recoins de la pièce, comme un reliquat discret d'une nuit romantique. Il y régnait une ambiance joyeuse, gaie, festive. On pouvait presque se croire dans un de ces festivals hippies des régions reculées de la galaxie. C'était bel et bien une chambre. Les décorateurs de vaisseaux se seraient arrachés les yeux à voir leur décoration, classique et fade, ainsi mise à l'échafaud par ce bazar coloré. D'ailleurs, ce n'était pas pour rien que peu de personnes avaient accès à ce petit monde si particulier, son univers qu'elle s'était construit au fil des années, celui qui la rassurait, son cocon apaisant dans laquelle elle réussissait à se recentrer.

La silhouette longiligne se mit à gesticuler sous le tissu carmin. La belle s'étira, longuement, l'un de ses bras heurta quelque chose. Jaina, à peine éveillée et toujours allongée nue dans son lit, tourna son visage vers l'autre corps étendu à ses côtés, blafard, inanimé. D'épaisses cernes violettes encadraient ses yeux grand-ouverts dans sa direction, des marbrures cernaient sa bouche entrouverte. Sa main se glissa dans cette épaisse chevelure dorée qui recouvrait la tête de son amant d'un soir. "Il était bien celui-là". La bouche de Jaina se tordit, presque dubitative à l'écoute de ce commentaire. « Peut-être, mais si peu résistant. » Un soupire fut expiré, las. Elle se redressa avec délicatesse, s'asseyant à côté du corps sans vie, et dénudé, du soldat. Sa tête se pencha d'un côté tandis qu'elle fixait avec réflexivité l'homme mort. Encore un soupire. "Quoi ?" Il y eu un long blanc, elle finit par lui répondre en passant une main dans sa chevelure sombre. « Quel gâchis, il avait de si belles fesses. Tu sais à quel point j'aime les belles fesses », lança-t-elle, de façon tellement naturelle. Sa petite voix intérieure lu répondit d'un simple "oh oui, je sais". Le pauvre soldat, alpagué la veille, au détour d'un couloir, avait succombé à l'appel de la prédatrice. Il n'avait senti la mort le guetter que lorsque les mains de sa conquête féminine ne s'étaient serrées autour de sa gorge encore palpitante de désir, les traits de son visage auparavant si détendus s'étaient crispées de peur. La vie l'avait quitté aussi rapidement qu'il s'était fait prendre au piège par la mante religieuse. L'homme au beau postérieur s'en était allé, après une soirée de baise mémorable dont il aurait peut-être bien voulu se passer.

Plusieurs heures s'étaient écoulées. La Ren avait fait nettoyer sa chambre par les droïdes du Premier Ordre, demandant au passage d'emmener le corps du soldat se faire réduire en poussière dans les fours crématoires à l'arrière du Finalizer. La silhouette féminine de Jaina était recouverte par son armure sombre, son casque était fermement enfoncé sur son crâne, son visage disparaissait entièrement sous la surface métallique de son masque. On pouvait la distinguer de ses autres camarades par sa petite taille et par la ceinture qui centrait sa taille de guêpe. Sa tenue de Chevalier de Ren ne comportait aucune cape ou tissu noir pour recouvrir ses épaules délicates, elle était d'une simplicité déconcertante, mais lui permettait de bouger avec grâce et aisance. Sa voix aussi, inchangée par un quelconque processus informatique, traversait avec naturel la fente qui scindait le bas de son masque. Jaina Rain était généralement rapidement identifiable, au-delà de son accoutrement. Elle jouait de sa position de femme sur ces mâles, et ces femelles, qui trainaient dans les couloirs du Finalizer, ça l'amusait énormément de manipuler ces esprits faibles, puis de réussir à les détruire avec ses propres mains. C'était facile, distrayant, amusant. Cependant aujourd'hui la Ren devait rejoindre le hangar principal pour rejoindre un petit morceau de femme qu'elle devrait protéger lors d'une mission : Alana Horn.

Cette rouquine si adorable traînait régulièrement autour de ses collègues Ren, dans un but qui lui était pour l'instant inconnu. Jaina se réjouissait d'avance de croiser cette figure de la diplomatie du Premier Ordre. Elle qui sentait pourtant que cette femme à la chevelure de feu passait son temps à l'éviter. Aujourd'hui cette pauvre créature n'aurait pas d'autre choix que de partager sa mission aux côtés de la terrible Jaina, elle ne pourrait pas s'échapper, surtout sur une planète telle qu'Aquaris. Arrivée dans le hangar, Jaina se déplaçait en roulant des hanches, sous le regard attentif de certains soldats pourtant occupés. Sous son casque, un large sourire faisait apparaître sa dentition régulière. Ses futurs amuse-bouche étaient déjà trouvés, pensait-elle dans sa tête. "Oh oui", lui répondit-on. La Chevalier de Ren pénétra dans le vaisseau de transport qui était censé les emmener sur la planète, quand elle remarqua rapidement l'absence de la rouquine tant désirée. « Où est-elle ? » Balança-t-elle au pilote, d'un ton sec et cassant. Les traits de son visage, caché, se durcirent avec férocité. « Le Lieutenant Horn aura du retard, elle nous rejoindra directement sur Aquaris, nous devons partir sans elle. » La Ren croisa les bras contre sa poitrine, bien encrée sur ses appuis. « C'est hors de question, je dois assurer sa protection à partir du moment où elle quittera la base. Comment voulez-vous que je la protège sans être à ses côtés, espèce d'idiot ? » Son poing ganté se resserra, la belle retint avec fermeté ce coup qu'elle avait envie de lui donner. Elle finit par lui dire, sur un ton ferme : « Nous l'attendrons. Et si elle ne vient pas dans les minutes qui suivent, c'est moi qui irai la chercher ». Sa petite voix intérieur compléta par un : "... En la traînant par les cheveux s'il le faut". Le soldat resta impassible. L'adepte du côté obscur pouvait sentir la vague de peur qui encerclait la silhouette si lumineuse du pauvre soldat. Il n'avait pas le choix, ils allaient désormais attendre l'ambassadrice du Premier Ordre. Jaina s'adossa contre la paroi métallique du vaisseau, à l'entrée, le visage masqué rivé en direction du hangar qui grouillait de soldats en plein travail.



poison minds
i seem to be a sweet and innocent creature. i'm not. be careful when you are near me, i can bit you if you're too close to me. i'm a demon disguised as an angel

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alana Horn
Armée du Premier Ordre
Crédits : 437
Jetons de Force : 0
Disponibilité RP : 0/2 RP de libre
Autres comptes : Ethel Blake
Avatar : Sophie Turner

Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 29 Mar - 21:29

Diplomatic mission
feat Jaina Ren

-        Promets-moi que tu feras attention ?
-        Oui.
-        Cette fille est une folle, une folle furieuse
-        Je sais.
-        Si jamais elle…
-        OUI ! Heimdall ! Oui !

Elle avait déposé un baiser furtif sur les lèvres de son mari à la seconde où elle avait vu ses yeux s’ouvrir en grand sous l’effet de la réponse claquante et quelque peu énervée qu’elle venait de lui faire. Alana n’avait que rarement l’habitude de s’énerver, son éducation le lui avait interdit, surtout quand il était question d’un des trois hommes de sa vie : son père, son frère, son mari. Précisément dans cet ordre. Enfin… pas aux yeux de Brendol Hux mais bien plus aux yeux d’Armitage. Elle avait eu une moue moqueuse tandis qu’elle le voyait se détendre sous l’impulsion de son geste d’affection. La rouquine savait depuis maintenant deux jours qu’elle avait été mandatée pour une mission diplomatique sur une planète où la vermine était encore bien trop florissante. On l’avait doublé d’un chevalier de Ren qui devait se charger de sa protection et elle avait plutôt bien accueilli la nouvelle. Contrairement à son général de frère, Alana ne voyait dans ces artisans que des alliés dont on se devait d’utiliser le potentiel. Si elle avait peu d’affection pour leur maître de par sa rivalité avec son frère, elle appréciait généralement passer du temps en compagnie des autres et apprendre à connaître leur vision de la vie. La Force était un concept qui lui était étranger, il fallait dire que Hux père n’avait toujours eu que peu d’estime pour cette forme de « magie », cette « fable » et son aversion avait été transmise dans les règles de l’art à son fils illégitime. Mais la jeune femme avait plutôt tendance, à l’image de sa mère, de faire feu de tout bois, ce qui expliquait la complémentarité de la fraternité Hux, tout autant que le couple marital avant eux.

Pourtant, le lieutenant avait beau paver sa vie de bonnes attentions, elle était bien contrainte de s’avouer peu encline à la compagnie de l’une des Ren. Jaina. Avec son mari chef des Renseignements, elle était assez bien placée pour connaître les bruits de couloirs utiles et notamment ceux qui circulaient sur la jeune femme. On disait que la demoiselle n’était pas seule dans sa tête, quel telle ou telle personne l’avait déjà entendu marmonner pour elle-même, sans qu’il n’y ai de véritable destinataire à ses paroles. La rousse n’en avait jamais eu la preuve formelle, aussi préférait-elle ne pas prêter attention à ce genre de rumeurs. En revanche, elle savait de source sûre et certaine, parce que son mari y avait envoyé bien de ses nouvelles recrues en mission/punition « nettoyage » que les hommes qu’elle avait tendance à courtiser pour la nuit avaient la fâcheuse tendance d’être dans l’incapacité de se réveiller au petit matin. La jeune femme en avait frissonné rien qu’en y repensant. Elle avait beau dire, elle avait beau faire, la jeune mariée n’avait pas confiance en cette Ren, si similaire et différente d’elle en même temps. Elle ignorait si Heimdall avait un avis similaire ou s’il appréciait son talent de tueuse mais une chose était certaine, il n’avait pas spécialement envie de confier la sécurité de sa jeune femme à la chevalière.

-        Ne t’inquiète pas, tout ira bien. Je suis une grande fille…
-        Oui, je sais.
-        Et je dois y aller, tu vas finir par me mettre en retard…

Elle lui avait remis en place le col de sa veste avec douceur tandis qu’il l’embrassait sur le front.

-        De toute façon, tu n’auras pas à rester seule avec elle bien longtemps. Je t’ai déjà prévu un voyage seule, tu n’auras qu’à la croiser sur le lieu de réunion. L’information a déjà dut lui être donnée.
-        Tu as fait quoi ?! Non, Heimdall, je refuse cette éventualité. Cette femme est censée me protéger et commencer une relation de travail par une distance froide et ordonnée n’est pas la meilleure des solutions pour me garder en vie…

Elle s'était reculée pour prendre le reste de ses affaires avant de constater qu'il avait réussi à la retarder suffisamment pour qu'elle soit en retard, le temps qu'elle traverse tous les ponts. Le maudissant à haute voix et lui promettant qu'elle ferait attention, elle avait fini par s'engouffrer dans le premier couloir, ses bottes claquant au sol. Elle s'était mise à courir, sa canne à la main, pour éviter d'allonger encore le temps d'attente de la Ren. Fort heureusement pour elle, elle portait en ce jour une tenue officielle, bien plus militaire, composée d'un pantalon mulant bleu nuit, d'une veste taillée militaire faisant ressortir ses épaules et ceintrant sa taille. Sur sa poitine et ses bras s'affichait son grade, tandis que la ceinture de cuir et d'acier finissait le tout. Ses cheveux avaient été tirés dans un chignon serré pour l'occasion et son maquillage était fin, étudié pour ne pas paraître trop ostentatoire, allongeant juste ses cils, réhaussant ses pomettes et affirmant ses lèvres. Alana allait tuer son mari quand elle rentrerait, enfin "si" elle rentrait de cet exercice diplomatique. Le retard n'était pas tolérable pour une Hux, elle avait suffisamment fait sujet de la violence de son père pour ce vilain défaut étant petite. Depuis, elle ne supportait jamais de n'avoir ne serait-ce qu'une seconde de retard.

Pourtant, il avait fallu qu'elle reprenne son souffle. Arrivée au niveau du hangar, elle avait pris le temps de ralentir l'allule voire s'arrêter pour éviter de se montrer en difficulté respiratoire devant sa "collègue". Des voix s'élevaient du vaisseau et elle pouvait percevoir le mécontentement de Jaina face à la nouvelle que l'homme lui annonçait... tout comme elle semblait irritée de son retard. La rousse décida de se remettre en route pour s'engouffrer dans le vaisseau, craignant bien trop la folie de la brune pour tenter d'augmenter encore son degré d'énervement.

- Ce sera inutile Jaina Ren, je suis là.

Elle faisait bien spur référence à l'idée qu'elle aille la chercher elle-même. La lieutenant lui passa devant et demanda le décollage d'un ton poli mais sans appel, sans accorder un regard à la femme masquée. Elle s'installa ensuite sur le fauteuil qui lui était destiné en montrant l'autre à ses côtés :

- Asseyez-vous, je vous en prie. Je suis désolée ed vous avoir fait attendre. Mon mari a jugé bon dans un premier temps que nous y allions de manière séparée, sans doute pour rester discrets mais je n'étais pas de son avis... Si nous avons à collaborer, autant commencer dès à présent.

Elle lui lança un sourire engageant avant de baisser les yeux vers pour pouvoir boucler sa ceinture et cacher son malaise. Elle avait horreur de parler au masque froid et impoli des Ren mais elle redoutait encore plus le regard que la brune devait avoir sous lui...




Poison in our veins. Oh, you of so little faith. Don't doubt it, don't doubt it. Victory is in my veins, I know it, I know it and I will not negotiate. I'll fight it, I'll fight it.  I will transform. When, when the fire's at my feet again and the vultures all start circling, they're whispering, "You're out of time, but still I rise

(c) black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jaina Ren
Chevalier de Ren
Crédits : 438
Jetons de Force : 2
Disponibilité RP : 2/2.
Autres comptes : Ginger Storm, Raena Gunstar.
Avatar : Emeraude Toubia (by WHORECRUX).


Âge : vingt-six ans.
Surnom : Jai.
Profession : Chevalier de Ren.
Allégeance : Premier Ordre.
Inventaire : un fouet laser, un sabre laser à lame rouge.
Holosphère :

Voir le profil de l'utilisateur
Sam 31 Mar - 19:30

Diplomatic mission
feat Alana Horn

Son masque de fer était rivé vers l'extérieur du vaisseau, impassible, impénétrable. Ses bras étaient croisés contre sa poitrine, dans une posture d'attente. Visiblement la Ren ne laissait rien paraître. Aucun sentiment, aucune émotion ne pouvait être captée. Elle maîtrisait chacune de ses vagues que colère et d'agacement qui tentaient de remonter à la surface. Ces dernières pouvaient être terriblement meurtrières, si elles étaient libérées. C'est alors qu'une petite tête rousse fit son apparition dans le vaisseau. A son arrivée, Jaina décolla son dos de la carlingue du vaisseau, relâchant ses bras qui tombèrent de part et d'autre de son corps. La prédatrice fixait sa proie en silence, examinant chacune de ses réactions, le moindre plissement sur son visage angélique. C'est avec un certain amusement, quasi vorace, qu'elle nota que la lieutenante n'avait pas osé lui accorder le moindre regard, comme si la simple vision de cette femme en armure lui faisait peur. Ses lippes s'étirèrent sous son masque de fer. Pauvre créature, pensait-elle. Une soudaine envie de détendre cette peau laiteuse à coup de sabre, lui parcourut l'esprit. Elle laissait son imagination jouer de drôles de scènes dans son esprit perturbé, en prédisant presque la réaction de ce cher général Hux à la vue du visage meurtrie de sa pauvre sœur. Après quelques secondes d'un silence mortel, Jaina parti rejoindre sa protégée à l'autre bout du vaisseau, tandis que le pilote allumait les moteurs.

L'engin avait décollé. La Ren observait la silhouette stricte de la rouquine à ses côtés, sans que cette dernière n'ose porter le moindre regard sur sa protectrice. Elle se délectait de chaque émotion qui se dégageait de son enveloppe corporelle si frêle et si délicate. La peur, la crainte, le doute. La respiration de la brune transparaissait derrière son masque, elle était lente et régulière, sans avoir cet aspect robotique des armures Ren qui faisait peur à un bon nombre de personnes. Ses paupières se fermèrent, une profonde inspiration fit gonfler ses poumons sous sa poitrine. Sans lui demander la permission, Jaina s'immisça à la surface de son esprit, essayant de capter ses émotions les plus profondes, celles qui ne transparaissaient pas et qu'elle ne pouvait ressentir quand grattant la surface lisse si pure de son âme. La lieutenante Horn pouvait clairement sentir sa présence dans sa tête. Cette sensation d'avoir quelqu'un qui fouille dans son esprit n'était pas quelque chose d'agréable, loin de là. Cependant plus elle l'empêchait d'avancer, plus Jaina utiliserait de force pour s'introduire. Néanmoins, dans sa grande magnanimité, la Ren stoppa rapidement son geste. « Bien », dit-elle en brisant le silence qui s'était insinué dans les deux jeunes femmes, elle croisa ses jambes et s'enfonça un peu plus dans son fauteuil. « Sachez que je ne pratique pas le cannibalisme. » Cette phrase était clairement ciblée sur les à priori que la rouquine semblait avoir à son encontre. Autant être sincère envers elle, même si Jaina ne comptait pas approfondir leur relation après cette mission. « Contrairement à la relation placide que vous semblez entretenir avec votre époux surprotecteur, je préfère favoriser l'exotisme d'une relation fugace et intense. Je tue uniquement lorsque cela est nécessaire. »

A travers les mots durs qu'elle employait, Jaina évaluait la réaction de la créature à ses côtés. Le malaise suintait toujours de cette petite personne, comme une enveloppe fermement encrée autour de sa peau laiteuse. De nombreuses informations avaient été récoltées durant ce court laps de temps à fouiner dans cet esprit faible, la belle ne regrettait pas ce geste déplacé dont elle avait fait preuve. D'ailleurs, elle ne regrettait jamais rien. "Cette petite est amusante" Jaina se mit à ricaner dans son coin. Oh oui, elle était très amusante. Un lapin dans une cage, entourée par une meute de loups. Apeurée, craintive, distante.

Le voyage spatial ne devait pas durer plus d'une heure et demie. Assez long pour une personne comme la lieutenante Horn qui ne semblait nullement apprécier la présence sombre de la Ren, surtout depuis qu'elle s'était amusée à rentrer dans son esprit sans sa permission. Jaina décida de faire une rapide mise au point sur la situation sur la planète où la mission allait se dérouler : Aquaris. Elle sortit un projecteur holographique qu'elle activa. Une planète entièrement bleue apparue devant leurs yeux. « Aquaris est une planète située dans le Système Cvetaen, dans la Région d'Expansion. Sa surface est couverte d'océans et totalement dépourvue de terre. De nombreuses colonies sous-marines ont été créés. Les habitants de cette planète vivent, pour la plus-part, sous les vagues, dans d'immenses bulles en verre, reliées par des tunnels et autres cavités. Nous atterrirons sur le spatioport B-437 et un représentant local est censé vous accueillir sur place. Je vous préviens tout de suite, si vous êtes claustrophobes, je ne suis pas payée pour vous réanimer donc prévenez moi immédiatement si vous ne pouvez pas rester sous l'eau. ». C'est avec un certain sérieux, masqué derrière une paroi vitrée sombre, que la Ren fixait désormais la belle rousse.

Ce voyage sur Aquaris ne plaisait pas à Jaina. Non pas parce qu'elle devrait se coltiner cette ambassadrice du Premier Ordre à la fragilité évidente. De violant souvenirs de son enfance, ceux qu'elle s'était jurée de garder au plus profond d'elle, risquaient de ressurgir. Jaina n'était pas le genre de femme qui se contrôlait. Elle savait pertinemment qu'à la moindre occasion, elle risquait de s'attaquer à quelqu'un, de rage, et de faire potentiellement un carnage. Jamais elle n'était retournée sur sa planète natale. Son ancien maître, Skywalker, lui avait même déconseillé d'y retourner, pour tenter de stabiliser son esprit troublé. C'est après avoir poussé un discret soupire, que la sauvageonne relativisa la situation. Que pouvait-il lui arriver ? Après tout, si elle recroisait sa famille, son père, comment réagirait-elle ? "Et puis ta mère ?" « Oh, je la tuerai, c'est certain », se contenta-t-elle de se répondre. Sa phrase cassa le long silence qui s'était immiscé entre les deux jeunes femmes. La pauvre Horn ne devait pas savoir si la Ren parlait de sa propre personne ou de quelqu'un d'autre.


poison minds
i seem to be a sweet and innocent creature. i'm not. be careful when you are near me, i can bit you if you're too close to me. i'm a demon disguised as an angel

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alana Horn
Armée du Premier Ordre
Crédits : 437
Jetons de Force : 0
Disponibilité RP : 0/2 RP de libre
Autres comptes : Ethel Blake
Avatar : Sophie Turner

Voir le profil de l'utilisateur
Lun 16 Avr - 21:58

Diplomatic mission
feat Jaina Ren

Elle avait senti la Ren s’introduire dans son esprit sans la moindre honte et la moindre retenu. Alana l’avait laissé faire, puisqu’elle ne pouvait de toute façon rien faire de plus. Elle s’était contenté de se concentrer ailleurs, de laisser divaguer son esprit sur des moments plus doux et moins oppressant. Ce n’était pas la première fois qu’elle faisait cet exercice, celui de tenter de relativiser le moment d’une gênante et possiblement douloureuse pénétration. Cette pensée la ramena directement à sa nuit de noces, alors qu’elle rencontrait son désormais mari pour la seconde fois de sa vie. Si la rousse avait appris quelque chose de ses dures années d’éducation, c’est qu’on n pouvait pas négocier avec les brutes, elles prenaient bêtement, sans comprendre sa subtilité exquise de l’atteinte à la personne plus incisive et plus douce. La lieutenant n’avait rien à cacher. Sa vie avait construit chaque parcelle de son caractère, de son physique aussi. Elle n’avait pas à rougir de ce qu’elle était.

Elle s’était contentée d’un hochement de tête entendu et d’un sourire plutôt amusé au besoin de Jaina de préciser qu’elle n’était pas cannibale. La précision semblait importante pour elle, suffisamment pour qu’elle le dise à haute voix. Avait-elle donc peur du regard des autres ? De son regard ? Elle donnait l’impression d’être une femme que rien ni personne n’atteignait, que tout ce qu’elle faisait, elle le faisait par volonté propre, archétype entier de la « liberté » ? Et voilà qu’une simple pensée, une simple chose qu’elle n’avait même pas avoué à mi- mot, qu’elle n’aurait jamais su si elle n’avait pas fouillé dans son esprit, la mettait dans cet état. Elle aurait pu faire le choix de s’en fiche, d’en rire ou de même faire comme si elle n’avait jamais trouvé cette information et pourtant… La rouquine se redressa sur son siège à cette pensée, croisant ses jambes calmement. Elle venait de comprendre une chose essentielle sur Jaina. Elle avait beau avoir un style sans aucun doute plus violent et glauque que le sien, au fond, elles n’étaient pas si différentes. Les choses pouvaient l’atteindre bien qu’elle se figurait d’avoir une armure ficelée. Précieuse information qu’elle venait de lui donner.

- Votre façon de vivre votre vie vous regarde bien entendu. Elle est tout à fait respectable, veuillez m’excuser de ces pensées qui auraient pu vous blesser… Ce n’était que de pieuses idées, une réflexion personnelle, croyez bien que je ne me serais jamais permise d’être indélicate de la sorte en votre compagnie. J’ignorais que vous chercheriez à pénétrer mon esprit…

Elle avait gardé sur elle tout le masque de la gêne et de la crainte pour mieux tromper ses intentions. La pique était lancée, volontairement. A voir si la Ren la rattraperait au vol. Pour toute réponse, elle se contenta de garder le silence, l’entendant pourtant ricaner un peu plus loin. Son trop plein de confiance était sans doute un bon point pour la jeune Horn mais mieux valait tout de même pas trop agacer l’énergumène à ses côtés. Il n’y avait rien de mieux que de jouer mais le jeu devenait triste si on y perdait la vie.

La brune avait décidé de briser le silence qui les liait en revenant à leur mission initiale. Elle venait de lui donner une description précise d’Aquaris. Utile certes, mais arrivant un peu sur le tard. Alana avait forcément lu le rapport avant de s’y rendre, la diplomatie se liait bien souvent avec la géopolitique. Elle se contenta pourtant de garder le silence, écoutant poliment l’exposée de sa coéquipière. Elle comprit alors rapidement pourquoi le topo lui semblait si important. Cette question de claustrophobie était pertinente, très pertinente même et la jeune femme lui lança un sourire amical :

- C’est noté, je vous remercie de cette précision. Rassurez-vous, je ne suis pas claustrophobe. Je garde uniquement quelques reliquats d’une ancienne maladie pulmonaire, mais j’ai pris mon nécessaire.

Son sourire se voulait rassurant et complice. Après tout, elle venait de lui donner quelques-unes de ses points faibles, la rouquine pouvait faire de même, c’était de bonne guerre. Elle se demandait même si elle ne le savait pas déjà puisqu’elle semblait affectionner l’idée d’entrer dans les esprits des autres. Elle l’entendit alors marmonner avec une conviction déconcertante à propos de quelqu’un qu’elle semblait disposée à tuer et la lieutenant gardant le silence. La phrase semblait dirigée à personne d’autre que Jaina Ren elle-même. Sans doute une preuve qu’elle semblait parfois être habituée par une force ou un être supérieur à qui elle susurrait ses pulsions meurtrière. S’agissait-il d’Alana elle-même ? L’idée l’angoissa pendant une fraction de seconde mais un souvenir lui revint en mémoire. Un souvenir primordial pour la suite de cette opération. La rousse ne pouvait peut-être pas pénétrer dans l’esprit des gens, mais le Premier Ordre lui pouvait pénétrer dans le passé des gens.

Une fois arrivée à destination, elle se détacha et se releva, ajustant ses vêtements au passage. Comme Jaina le lui avait dit, un délégataire les attendait aux pieds du vaisseau. La jeune femme attendit que le pilote l’autorise à sortir de l’engin et en ouvrit la porte pour se tourner vers la chevalière qui devait à présent assurer sa sécurité. Avec le ton de la gentillesse et du badinage, elle se contenta alors de lui dire :

- J’espère que nous n’en aurons pas pour longtemps. Vous devez peut-être espérer avoir un peu de temps sur Aquaris pour vous remémorer les souvenirs du passé. Cela fait si longtemps que vous en êtes partie. Mais je me doute que vous ne devez pas spécialement désirer voir votre famille…

Elle avait eu un air volontairement embarrassé qui spécifiait bien à la brune qu’Alana savait exactement de quoi elle parlait. Sans attendre, elle se détourna de la jeune femme et descendit du vaisseau pour rejoindre le délégataire. Elle savait qu’elle jouait peut-être avec le feu avec la jeune femme mais il était hors de question de se laisser faire. Son père ne l’avait pas élevé ainsi ou du moins, pour tout le monde excepté son frère et lui. Elle avait préféré anticiper une réaction sans doute violente de la Ren en se lançant directement dans la conversation diplomatique. La brune avait une mission à mener à bien, elle ne se serait sans doute pas permis de la faire capoter sur un simple excès de colère. La rousse tendit sa main blanche à l’autochtone avant de se présenter :

- Lieutenant Alana Horn du Premier Ordre. Je suis ravie de faire votre connaissance et d’avoir l’honneur d’être invité sur votre belle planète.

Elle observa l’océan qui s’étendait au-dessus d’eux, visible de la bulle en verre dans laquelle ils étaient désormais. Se tournant légèrement, elle présenta de sa main sa consœur.

- Voici Jaina Ren, chevalière de Ren. Elle sera à mes côtés durant toute cette rencontre. La chevalerie partageant des intérêts communs avec le Premier Ordre, nous estimons nécessaire de poursuivre nos négociations à deux, vous n’y voyez pas d’inconvénient n’est-ce pas ?

Elle lui avait lancé un sourire engageant et l’émissaire n’avait rien pu faire de plus que de bredouiller un « non, bien sûr que non… ». Avec le temps, elle était passé maître dans l’art terrible des mots et de leur utilisation. Elle s’était rendue compte que parfois poser une question sur un ton affirmatif poussait les gens à aller dans le sens de la jeune femme plutôt que de donner une réponse réelle et sincère et c’était exactement ce qui lui fallait. Elle n’avait pas besoin de leur accord, elle le prenait. Le Premier Ordre venait ici en conquérant, pas pour quémander des alliances comme ces vulgaires rebelles. La cause du Suprême Leader était suffisamment juste pour ne pas avoir à se justifier. L’homme tourna alors les talons et les invita à le suivre vers des quartiers sans doute plus administratif et confortable. La jeune femme lui emboita le pas en observant du coin de l’œil son acolyte qui faisait de même.



Poison in our veins. Oh, you of so little faith. Don't doubt it, don't doubt it. Victory is in my veins, I know it, I know it and I will not negotiate. I'll fight it, I'll fight it.  I will transform. When, when the fire's at my feet again and the vultures all start circling, they're whispering, "You're out of time, but still I rise

(c) black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jaina Ren
Chevalier de Ren
Crédits : 438
Jetons de Force : 2
Disponibilité RP : 2/2.
Autres comptes : Ginger Storm, Raena Gunstar.
Avatar : Emeraude Toubia (by WHORECRUX).


Âge : vingt-six ans.
Surnom : Jai.
Profession : Chevalier de Ren.
Allégeance : Premier Ordre.
Inventaire : un fouet laser, un sabre laser à lame rouge.
Holosphère :

Voir le profil de l'utilisateur
Sam 21 Avr - 17:34

Diplomatic mission
feat Alana Horn

Cette petite rouquine avait cette attitude faussement naïve que Jaina avait terriblement envie d'écraser sous la semelle de ses bottes. Mentalement détachée face à la menace qui se trouvait à ses côtés, Alana semblait presque jouer avec les mots dans une diction parfaitement maîtrisée. Ne pouvait décemment pas empêcher la Ren de pénétrer dans son esprit, elle la laissa vagabonder dans les allées sinueuses de ses souvenirs à la recherche de la moindre information dont elle pourrait faire usage à sa guise. Au lieu de sentir de la colère ou de la peur s'insinuer dans sa tête, un espèce de sentiment de décontraction totale pouvait se sentir, alors que la lieutenante affichait un masque de crainte sur ses traits beaucoup trop lisses au goût de Jaina, qui s'extirpa rapidement de son esprit après avoir eu ce qu'elle voulait. Derrière son masque, la belle Ren extériorisait sa frustration face à cette réaction qu'elle n'avait pas prévue, grimaçant presque de ne pas avoir pu s'imposer dans cette dualité naissante. La rouquine avait rapidement analysée son ennemie et avait compris que face à Jaina, elle ne pouvait pas combattre. En lieu et place de cela, elle feintait de s'écraser face à elle. C'était brillant, tout simplement brillant. Jaina se contenta de l'écouter sans rien dire, la fixant derrière son masque à la vitre teintée, examinant la moindre parcelle de peau blanche qui bougeait à chaque contraction musculaire sur le visage opalin de l'agent du Premier Ordre. La lieutenante Horn ne fit que confirmer ce qu'elle savait déjà. La faiblesse pulmonaire ne pouvait que lui faire défaut dans les profondeurs ténébreuses d'Aquaris. Elle prétendait avoir tout prévu, soit, Jaina n'aurait donc pas à traîner son corps jusqu'aux ascenseurs pour la faire remonter, tant mieux elle détestait faire ça.

Une violente pulsion envahie la brune ténébreuse quand ce petit sourire rassurant s'insinua sur les fines lèvres de la rouquine. L'envie de lui arracher la moindre parcelle de peau pour en faire une écorchée lui parcourut l'esprit. Jaina détestait ce genre de femme, à un tel point qu'elle pouvait clairement en oublier son ordre de mission et lui détacher, une à une, les dents qui formaient ce sourire rayonnant de jeune femme faussement naïve. Non ma belle, tu n'es clairement pas en position pour devenir l'amie de la Ren. Derrière sa vitre inexpressive, on ne pouvait se douter de la haine qui envahissait le corps de Jaina. Elle restait immobile, impassible. Sa poitrine se soulevait doucement au rythme de sa respiration. Personne, à part un sensible à la Force, ne pouvait se douter qu'une aura de haine déferlait autour de la silhouette en armure de la Chevalière de Ren. La vaisseau atterrit sur la plateforme d'atterrissage, sortant Jaina de ses pensées et effaçant, pour un temps ses envies de meurtre. Les deux femmes se dirigèrent vers la sortie, la Ren sur les pas de la soldates. Alana Horn s'arrêta brusquement, obligeant Jaina à faire de même, et lui glissa quelques mots. Sous son masque, une belle veine palpitait au niveau de ses tempes, alors qu'elle gardait son calme face à l'évident tacle qu'elle venait de recevoir. La menace latente, elle se tue et la laissa rejoindre la délégation d'accueil avec un visage parfaitement entier. En son fort intérieur, la Ren se jura de se venger.

Le passé de la Ren n'était pas connu de beaucoup de monde. Où Alana Horn avait-elle bien pu entendre les notions de son passé difficile sur Aquaris ? Que savait-elle exactement ? Lui avait-on glisser des bribes d'informations sur les conflits familiaux qui avaient fait parti d'intégrante de son enfance ? Ou savait-elle également que son père la battait quotidiennement et qu'il était, probablement, la cause de son passage sur le chemin de la haine et de la violence ? Jaina était perturbée, intriguée. Elle se contenta de suivre la rouquine, dans un silence de mort, ses poings serrés sous sa longue tunique noire. Sa silhouette impressionnante, malgré sa petite taille, ne passa pas inaperçu. Les délégataires d'Aquaris accueillirent l'agent du Premier Ordre avec un respect protocolaire, alors qu'ils fixaient Jaina Ren avec plus de retenue, et de crainte. Les Ren étaient connus dans toute la galaxie pour leurs actions et leurs réactions clairement destructrices, leur attitude était clairement justifiée. Jaina croisa ses bras derrière son dos, bombant son torse, appréciant à nouveau ce sentiment de supériorité qui s'était emparé d'elle. Ils n'étaient que de vulgaires pions manipulés dans un but purement militaire, elle le savait.

Le groupe se trouvait désormais sous l'eau, dans une immense bulle en verre qui les protégeait de la dangerosité des océans d'Aquaris. La plateforme s'enfonçait progressivement sous l'eau puis se figea. Jaina laissa la jeune Horn se présenter. Quand sa misérable main se dirigea vers elle, pour la présenter, la Ren ne réagit pas. Sa neutralité déconcerta la délégation qui s'était probablement attendue à ce qu'elle parle. Rien. Aucun mot ne s'extirpa de sa bouche, son attitude clairement stricte et sévère imposait la crainte dans les esprits qui leur faisaient face, la Ren s'en abreuvait silencieusement alors que le petit groupe se déplaçait déjà vers un autre endroit. "Non, bien entendu, nous étions au courant que vous ne viendriez pas seule. Suivez-nous" Dit un des hommes de la délégation.

Aquaris, sa planète mère. Même si Jaina ne voulait pas se l'avouer, ou le montrer, revenir ici ne lui procurait aucun plaisir. Tous ses souvenirs les plus sombres et les plus dangereux remontaient à la surface de son esprit déjà perturbé. "Meurtre", "du sang", "détruits-les tous", "ils vont tous regretter d'être encore en vie". Cette petite voix qui lui murmurait dans un coin de sa tête ne l'aidait en rien à stabiliser son humeur déjà très instable. A chaque coin, elle redoutait de croiser le visage de son père, ou de sa mère, de devoir détruire toutes les personnes autour d'elle et de faire échouer cette mission si cruciale. La Ren se régulait à la perfection, personne ne pouvait se douter qu'une bombe à retardement suivait ce troupeau de politiciens et de négociateurs. Les fonds marins, autour d'eux, vivaient d'une façon harmonieuse. Les poissons colorés virevoltaient autour des tubes en verre, parfois intrigués, parfois joueurs. Certains posaient leurs écailles contre la paroi transparente, comme pour espérer un contact avec ces humains qui les ignoraient parfaitement. Jaina avait gardait ses mains derrière son dos, même si l'envie de glisser le bout de ses gants sur la surface lisse lui titillait l'esprit.

Son regard était rivé devant elle, fixant cette crinière rousse qui se balançait devant ses iris imperturbables. Oh qu'elle avait envie de se saisir de cette chevelure et de la traîner dans ce long couloir. Elle n'en fit rien, concentrée sur son ordre de mission qui était bien clair : elle devait la protéger. C'est alors que l'un des politiciens s'était un peu trop rapproché de la Horn, frôlant son épaule contre la sienne. La Ren réagit rapidement en tirant sans la moindre douceur sur le col de délégataire et le plaqua contre la vitre. De sa petite taille, on ne pouvait pas se douter de la force de Jaina Ren. Là, elle soulevait clairement un homme qui était bien plus grand et plus costaud qu'elle. « Comment osez-vous vous comporter de la sorte ? » Dit-elle derrière son casque. Sa voix grondait de colère alors que les hommes et les femmes autour d'eux étaient en train de s'affoler face à la réaction de la Ren. Sa main se posa sur son sabre, accroché à sa ceinture.


poison minds
i seem to be a sweet and innocent creature. i'm not. be careful when you are near me, i can bit you if you're too close to me. i'm a demon disguised as an angel

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alana Horn
Armée du Premier Ordre
Crédits : 437
Jetons de Force : 0
Disponibilité RP : 0/2 RP de libre
Autres comptes : Ethel Blake
Avatar : Sophie Turner

Voir le profil de l'utilisateur
Mer 9 Mai - 22:19

Diplomatic mission
feat Jaina Ren

Alana ne pouvait rien percevoir de ce que ressentait la Ren après leur petit échange. Son masque s’assurant de sa parfaite impassibilité tandis que son silence se chargeait de faire le reste. La rouquine savait qu’elle n’aurait jamais l’occasion de savoir ce qui se tramait dans sa tête car, contrairement à sa coéquipière qui pourrait si facilement devenir une adversaire, elle n’avait aucune prédisposition à la Force. Pourtant, elle savait qu’une autre entité, bien plus puissante encore, l’aiderait à voir plus clair dans l’esprit de Jaina sous peu. Une autre force, insoupçonnée, méconnue et souvent oubliée : le Temps. Oh que oui, le temps était un élément puissant, parfois pervers, qui nous laissait démuni… Bien souvent, les êtres de la Galaxie se plaignaient d’en manquer, tout en rechignant à l’idée de le laisser faire effet quand il s’agissait de peine d’amour ou de recevoir impatiemment quelque chose. Pourtant, Alana était une femme patiente, une des vertus que sa longue convalescence enfantine lui avait inculquées. Tout venait à point à celui qui savait attendre et il n’avait pas fallu plus qu’un frôlement d’épaule pour s’en apercevoir.

La chose ne l’avait même pas atteinte à dire vraie. Elle avait tant l’habitude d’être une femme objet, qu’on observait et touchait à la guise des messieurs plus âgés et plus puissants, qu’elle en avait appris à faire abstractions de leurs gestes déplacés. Certes, ils étaient fortement moins nombreux depuis qu’elle était mariée, mais elle n’était jamais à l’abri d’un « service » à rendre, d’une ruse à honorer. Mais cette fois, elle n’avait pas même eu le temps de répliquer que déjà l’ombre qui l’avait effleuré n’était plus à ses côtés. Elle avait sursauté en entendant le rugissement de la Ren et s’était retournée vivement pour la voir l’empoigner avec violence et le coller contre la vitre du SAS qui les protégeait.

- Jaina Ren.

Elle n’avait pas hurlé, s’était contenté de l’appeler mais on pouvait largement sentir la panique dans sa voix. Si elle le tuait, ici, comme ça, les conséquences diplomatiques en seraient désastreuses. Elle avait fait deux rapides pas en leur direction avant de se stopper pour observer la main de la femme se diriger vers son sabre. A pas rapide, fluide et avec plein de douceur, elle posa sa main sur celle de la chevalière pour la stopper dans son élan, soutenant le regard marqué qu’elle dirigea brusquement vers elle à ce contact. Elle l’avait déjà relâché mais son corps était resté très proche du sien, son visage à quelques centimètres du sien, tandis que l’homme continuait à étouffer sous l’impulsion de la prise de la brune.

- Tout va bien. Je pense que ce monsieur n’a pas pensé à mal… Après tout, il a peut-être perdu l’équilibre, venant malgré lui s’appuyer contre moi ?

Elle avait tourné son regard clair vers la « victime » dont le visage violacé était toujours tordu de douleur mais qui ne l’empêcha pourtant pas d’hocher la tête vigoureusement en espérant cela serait suffisant pour lui faire lâcher prise. Il fallut quelques secondes, qui parurent une éternité à Alana, pour que la jeune femme lâche enfin prise. Elle avait pris soin de laisser son esprit bien ouvert à la Ren pour lui figurer en pensée toute l’intérêt de cette mission, la terrible vengeance du Premier Ordre si elles venaient à échouer et surtout, qu’elle aurait bien mieux à lui offrir, elle le lui promettait. L’homme reprenait bruyamment son souffle à leur côté, ce qui permit à la rousse de souffler un petit mot à sa partenaire de fortune :

- Merci, chevalière.

Après un hochement de tête entendu en direction de cette garde du corps, elle se détourna pour reprendre sa discussion, un sourire chaleureux aux lèvres, tandis que le malheureux étranglé faisait désormais tout son possible pour rester à bonne distance de la lieutenant. Après quelques badinages et un pot de bienvenue bien senti, les deux jeunes femmes furent accompagnés vers leurs appartements pour profiter de ce moment de calme pour se rafraîchir et se reposer avant le festin prévu le soir même. Mais la jeune femme avait une toute autre idée en tête pour ce temps libre, un temps duquel elle profita pour réfléchir à tout ce qu’elle venait de vivre et de voir.

Assise à sa coiffeuse, dans son peignoir de satin vert azur, elle pianota de manière impatience sur le bois du meuble d’une main, tandis que l’autre faisait tourner entre ses doigts un pinceau de maquillage, le regard perdu dans le vide, dans ses réflexions. La jeune femme ne revint à la raison qu’en entendant le raclement de gorge de l’homme qui venait d’apparaître dans sa chambre, un des officiers qui était venu avec elle. Ils étaient 4 en tout et le chef de cette petite troupe était devant lui, ils allaient bien réussir à faire quelque chose de correct, non ?

- Vous m’avez demandé, Madame ?
- Oui… j’ai besoin de vous confier une mission subsidiaire.
- Ne devriez-vous pas en parler à la chevalière, Lieutenant ?

La rousse eu un petit pouffement de rire en entendant la question et se contenta de se relever, s’avançant vers l’homme sans la moindre gène. Son peignoir traînait au sol et était solidement accroché à sa taille, ses seins bien caché derrière le tissu, aucune raison de rougir donc.

- Son rôle viendra… mais plus tard. Je compte sur votre discrétion pour mener votre mission à bien dans le plus grand des secrets, je me suis bien fait comprendre ?
- Oui, Madame.
- Bien. Vous allez vous rendre à cette adresse, armés. Vous me ramènerai cet homme. Assurez-vous qu’il ne sorte pas de cette salle. Je me suis arrangée pour l’avoir et j’ai dut promettre notre plus grand propreté dans la gestion de cette affaire. Vous ne me décevrez, pas, j’en suis sûre.

Elle lui tendit le morceau de papier sur lequel elle avait noté l’adresse de l’enlever, le nom de la personne ainsi que le lieu où déposer le « colis ». Son sourire était des plus resplendissants mais il caractérisait à coup sûr sa volonté de ne pas être en mauvaise posture face à cette mission. Le déglutit de l’homme fut presque imperceptible et lui arracha juste un autre sourire en coin. L’ homme pris le papier avec douceur, inclina la tête en signe de salut et disparut de sa vue.


Quelques heures plus tard…

Alana sorti de sa salle de bain après avoir ajusté une dernière mèche de ses cheveux dans le chignon élaboré qu’elle venait de créer pour aller avec sa tenue. Sa pochette à la main, elle découvrit que Jaina l’attendait déjà dans sa chambre, prête apparemment pour le départ. Elle avait découvert en cette femme un potentiel énorme qu’elle comptait bien pouvoir exploité, une alliée peut-être malgré elle, mais qui pouvait s’avérer tout à faire utile. Elles ne seraient pas obligées de s’apprécier. Après tout, les mariages les plus durables n’étaient pas ceux d’amour, elle était bien placée pour le savoir et elle comptait tiré le même profit de la relation tumultueuse qui semblait les animer. Force ou pas Force, elle avait réussi à faire sortir la jeune femme hors de ses gongs. Surprenant pourtant, elle ne l’avait pas attaqué, préférant passer ses nerfs sur un illustre inconnu au premier moment d’écart qu’il avait eu envers elle. Pouvait-elle espérer meilleur garde du corps que celui ? La femme qui souhaitait apparemment la détester suffisamment pour avoir envie de l’écorchait vive mais se le refusait et passait sa frustrations sur ceux qui lui voulait du mal. Pouvait-il y avoir combinaison plus gagnante ? Et plus dangereuse ?

- Vous êtes prête ? Alors allons-y. Je vais faire mon possible pour vous rendre cette soirée le moins pénible possible.

Pour les novices de soirées mondaines, celles-ci pouvaient s’avérer une véritable torture. Elle avait le vaguement sentiment que la brune sous le masque avait un amusement d’un tout autre genre, plus morbide ou plus charnel… quoi que les deux ne s’excluaient pas toujours avec elle. Elle ne lui avait pas encore parlé de sa mission parallèle, elle saurait le faire en temps voulu, la récompenser pour ce moment pénible qu’elle allait sans aucun doute passer. Les deux femmes prirent plusieurs couloirs et un ascenseur qui les fit chuter encore de quelques mètres. La rousse prit alors deux trois bouffées de vantoline, accrochée à la barrière de l’ascenseur, avant de se redresser juste avant l’ouverture des portes, apparaissant resplendissante et sans défaut. Après un premier cocktail, elles trouvèrent leur place à la table d’honneur et les premières négociations commencèrent. Alana se chargea de transmettre toutes les promesses de son frère, aussi prometteuses que menaçantes en cas de refus, les liants à des bons mots, des anecdotes, et des blagues pour enjoliver le tout. Lorsque la soirée lui parut longue et plus intéressante, elle finit par feindre le sommeil et se retira de la scène avec la Ren. Après tout, le reste des négociations, le plus dur et la signature de l'accord ne se jouerait que le lendemain, alors à quoi bon faire semblant plus longtemps. Pourtant, lorsque les deux femmes entrèrent dans l'ascenceur, la rouquine ne pressa pas le bouton de l'étage de leurs appartement mais un autre, pour un étage bien plus élevé. Pour parer toute interrogation, elle précisa alors :

- J'ai quelque chose à vous montrer... un petit remerciement en quelque sorte pour... pour tout à l'heure. Ne lisez pas dans mon esprit, la surprise ne peut en être que gâcher et vous ne pouvez clairement pas imaginer avoir quoi que ce soit à craindre de moi.

Elle eu un rire amère et moqueur envers la frêle personne qu'elle représentait comparer à la chevalière et garda le silence pour le reste de l’ascension. Lorsqu'elles prirent la direction d'un couloir, puis d'un autre et encore un autre, Alana décida de reprendre la parole :

- J'ai vu toute votre colère tout à l'heure lorsque vous avez attaqué le diplomate. Je sais que cette rage cachait quelque chose de bien plus profond et de sans doute bien plus proche de ce que je vous avez dit quelques minutes avant. Je ne souhaitais ni vous froisser, ni vous méprisez... vous et moi, nous avons une vie bien plus similaire que vous ne pouvez l'imaginer... et si moi j'ai déjà expier mes ombres... ce n'est pas encore votre cas.

Elle avait fait un signe de tête vers l'un des deux gardes qui empêchait le passage vers une porte de métal. La porte s'ouvrit alors brusquement à son ordre, laissant apparaître une pièce sombre, peux éclairé et un homme à genoux et attaché en son centre. Il n'avait aucune séquelle physique, la lieutenant avait bien veillé à ce qui ne lui arrive rien. Après un instant de silence, elle soupira :

- J'espère que cela permettra de vous faire évacuer toute cette frustration après mon arrêt de votre geste envers ce diplomate ? Et bien je vais vous laisser... je pense que vous avez beaucoup de choses à dire à votre père Jaina Ren. Je vous souhaite une bonne nuit. Nous nous voyons demain ?

Sur ces paroles, elle lui lança un sourire simple, dépourvu de tout effusion de sentiment et sorti de la pièce sans un regard pour l'homme afin d'aller se coucher. Elle avait eu la force de tuer son père des années plus tôt... la brune saurait-elle en faire de même ?



Poison in our veins. Oh, you of so little faith. Don't doubt it, don't doubt it. Victory is in my veins, I know it, I know it and I will not negotiate. I'll fight it, I'll fight it.  I will transform. When, when the fire's at my feet again and the vultures all start circling, they're whispering, "You're out of time, but still I rise

(c) black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» [Mission Rang D] Retour à l'école [Feat. Bud Walker]
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» Première mission
» Une mission pour changer la face d'Haïti !
» Libellé de la lettre officielle de démission du Commissaire Claudy Gassant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars Origins ::  :: Expansion region :: Aquaris-
Sauter vers: