::  :: Identity papers :: Validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jaina Ren feat. Emeraude Toubia (terminée)

avatar
Jaina Ren
Chevalier de Ren
Crédits : 405
Jetons de Force : 2
Disponibilité RP : 2/2.
Autres comptes : Ginger Storm, Raena Gunstar.
Avatar : Emeraude Toubia (by WHORECRUX).


Âge : vingt-six ans.
Surnom : Jai.
Profession : Chevalier de Ren.
Allégeance : Premier Ordre.
Inventaire : un fouet laser, un sabre laser à lame rouge.
Holosphère :

Voir le profil de l'utilisateur
Dim 11 Mar - 21:56
Jaina Ren
feat Emeraude Toubia


ÂGE : vingt-six années à traverser cette galaxie pervertie, de belles et douloureuses années.
ORIGINES : je tente de les oublier, des reliques d'un passé désastreux qui m'a forgé en combattante de la haine.
RACE : humaine, une singularité déplorable, aucune originalité ne semble couler dans ce sang que je semble haïr.
SENSIBILITÉ A LA FORCE : ma sensibilité est une force que je puise au plus profond de moi-même, elle est probablement ma plus grande qualité.
PROFESSION : Chevalier de Ren, un métier, une vocation, mon échappatoire quotidien, guerrière du côté obscur.
STATUT CIVIL : célibataire, question abstraite qui ne mérite même pas de réponse, au suivant.
ALLÉGEANCE : à la puissance, au pouvoir, à la haine.
PARTICULARITÉS PHYSIQUES : si vous arrivez à découvrir mon corps, vous ne vivrez pas assez longtemps pour en décrire les nombreux mystères qui se cachent autour de ces tatouages qui le parsèment.
AUTRE : déjà bien assez de réponse.
CRÉDITS : Carole71.
GROUPE : Premier Ordre

Capacités physiques
Puissance ▬▬▬▬▬
Endurance ▬▬▬▬▬
Résistance ▬▬▬▬▬
Parade ▬▬▬▬▬
Furtivité ▬▬▬▬▬

Compétences au combat
Corps à corps ▬▬▬▬
Armes blanches ▬▬▬▬▬
Armes à distance ▬▬▬▬
Explosifs ▬▬▬▬▬

Compétences sociales
Charisme ▬▬▬▬▬
Ingéniosité ▬▬▬▬▬
Manipulation ▬▬▬▬
Négociation ▬▬▬▬▬
Diplomatie ▬▬▬▬▬

Compétences de la Force
Perception ▬▬▬▬▬
Projection ▬▬▬▬▬
Sabre laser ▬▬▬▬
Vision Mortelle ▬▬▬▬▬
Démence de Force ▬▬▬▬
Absorption de vie ▬▬▬▬▬
Destruction de Force ▬▬▬▬▬
Éclairs de Force ▬▬▬▬▬

Talents
Infiltration ▬▬▬▬▬
Médecine ▬▬▬▬▬
Poisons ▬▬▬▬▬
Torture ▬▬▬▬▬
Camouflage ▬▬▬▬▬

sensible - maternante - émotive - tactile - manipulatrice - lunatique




raconte-moi ton histoire
La bulle en verre était entièrement plongée dans la pénombre, les parois transparentes qui recouvraient les murs offraient une vue dégagée sur les profondeurs des océans d'Aquaris. Le sol, une espèce de moquette qui empestait la décomposition, était jonché de déchets divers. Déjections, emballages alimentaires, comprimés à moitié fondus, seringues usagées. Au fond de la pièce était recroquevillée une humaine à l'épaisse crinière sombre, cachée derrière un amas de boîtes vides, son visage enfantin couvert de crasse exprimait toute la peur qu'elle ressentait.  L'ambiance générale dans cette bulle d'habitation reflétait le couple et ses cinq enfants qui y vivaient : misérable, malsaine. Des bruits de pas se firent entendre à l'extérieur, les bras de la petite se crispèrent brusquement autour de ses jambes maigres, son corps tout entier était pris de tremblements incessants. La porte s'ouvrit, un homme d'un certain âge à la peau basanée pénétra dans la pièce. Il titubait, sa dégaine générale ne donnait pas une bonne impression, son regard sombre traversait la pièce de manière circulaire. « Ayala ? » Aucun réponse. Les traits de l'humain se durcirent dans l'ombre, ses gros doigts se portèrent à la boucle de sa ceinture qu'il détacha. La sangle glissa des anneaux de son pantalon, le morceau de cuir claqua contre la paroi en verre. « Ayala ? » Répéta-t-il de sa voix rauque. « Viens voir papa. »

Le paternel capta rapidement la présence de sa progéniture derrière un enchevêtrement de boîtes, ses lippes s'étirèrent, dévoilant son sourire carnassier. Sa démarche était lente, mesurée. Ses chaussures, à la semelle épaisse, écrasaient sans la moindre attention chaque objet qui se trouvait sous son passage. Il tendit une main au-dessus de la pile, puis la redressa dans le vide. Au bout de sa poigne, ses doigts maintenaient fermement une épaisse chevelure sombre, au bout de laquelle se trouvait la tête d'une enfant. « Pourquoi tu ne réponds pas quand on t'appelle Ayala ? C'est papa, tu devrais être contente de me voir ». La petite, au visage entièrement crispé, dont les paupières étaient closes de peur d'apercevoir son géniteur, semblait sentir ce qui allait lui arriver. L'humain tira la gamine de sa cachette. D'un geste brutal, il la projeta au sol dans un bruit sourd. Les longues minutes de terreur commencèrent, sans que personne ne vienne aider la petite. Sa mère était dans la pièce à côté, presque inconsciente, prise dans les méandres de la drogue qu'elle s'injectait régulièrement, effondrée dans sa bave tel un déchet de l'humanité. Pendant qu'elle se détendait, elle n'entendait pas le son frénétique du claquement du cuir sur la peau si pure de sa propre enfant. Cette dernière ne hurlait pas, elle avait pris l'habitude de se taire. Contredire son géniteur l'encouragerait à frapper plus fort, plus longtemps. Non, elle avait appris à attendre que sa rage passe. Elle n'avait pas le choix.




L'environnement aseptisé de la chambre de l'hôpital publique d'Aquaris contrastait énormément avec celui de son habitation sous-marine. La lueur intense du soleil traversait les vitres, illuminant la bouille crasseuse de la jeune Ayala. Ses iris sombres, à l'aspect presque démoniaque, étaient rivées vers l'extérieur, admirant calmement le mouvement de la surface de la mer. C'était la première fois que l'humaine quittait sa bulle, elle n'avait encore jamais vu d'autre lieu, et ne s'était jamais imaginé pouvoir apercevoir ce genre de paysage. Elle était apaisée, cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas ressenti cela. Un soupire expiré, une risette écarta ses lèvres gercées. En dehors de sa chambre, des médecins observaient leur patiente à travers un hublot teinté. Leurs regards fixaient de manière inquiète cette jeune fille à l'allure misérable et au corps parsemé d'hématomes. Leur patiente, fraîchement admise suite à un accident domestique, faisait remonter dans leurs esprits guérisseurs, une envie de sauvetage de l'humanité. Oui, chacun d'entre eux connaissaient les vraies raisons de ce radius cassé, de cette hanche déboîtée et de cette cicatrice encore sanguinolente à l'arcade sourcilière. Nul doute que ce couple de toxicomanes des bas-fonds d'Aquaris battait leur enfant. Il fallait réagir, qu'allait-il advenir de cette misérable créature lorsqu'elle retournerait dans son environnement familial ?

L'un d'entre eux, le plus âgé et le plus expérimenté, pénétra dans la chambre, suivi de ses deux comparses. Ayala tourna son visage enfantin dans leur direction, aucune expression ne pouvait se lire à travers ses traits, elle semblait emprunte d'une neutralité désolante. Le médecin se gratta la couche de poils qui recouvraient sa gorge. Il fut le premier à vouloir prendre la parole, mais au moment où il ouvra la bouche pour s'exprimer, l'enfant le devança. « Où sont mes parents ? ». Cette phrase déstabilisa les professionnels de santé qui mirent un certain temps avant de trouver une réponse adéquate. Sentant la pression monter dans la pièce, Ayala, malgré son jeune âge, compris rapidement que quelque chose clochait. Sa vie allait changer. Ce jour-là, on lui annonça qu'elle ne reverrait plus sa famille, qu'on la protégerait. Que ce qu'elle avait vécu ces dernières années, ce qu'elle avait cru être une vie normale, n'était en fait qu'un piètre reflet de la démence de ses parents.




La petite fille venait d'arriver sur Yavin IV. Elle était relativement chétive, pour son âge. Vêtue d'une robe sans la moindre forme, de couleur grise, ses longs cheveux noirs étaient attachés en une queue-de-cheval haute qui amincissait encore plus son visage déjà creusé par des années de malnutrition. A son arrivée dans l'académie Jedi, Ayala sentait le regard des nombreux élèves se poser sur elle. Gênée, se sentant comme une bête de foire, la petite avait le regard fuyant, se concentrant sur la pointe de ses chaussures durant son trajet en direction du hall principal. Elle devrait pourtant s'y faire, à cette nouvelle vie qu'on lui promettait depuis des jours. L'humaine restait pourtant dubitative concernant cette sensibilité à la Force qu'on lui avait attribué, après ces examens biologiques réalisés l'année dernière. On l'avait déplacé de famille d'accueil en famille d'accueil, jusqu'à ce qu'on décide de l'envoyer là, sur Yavin IV, pour suivre les enseignements d'un certain Maître Skywalker. Toutes ces histoires, la petite était trop jeune pour en comprendre le moindre sens. La petite buta sur une pierre, manquant de s'étaler sur le sol en pierre de l'académie, elle se rattrapa au dernier moment en s'accrochant au bras d'un inconnu.

Ses iris sombres se levèrent sur le visage de son sauveur. Là, deux orbes bleutées la fixaient avec bienveillance. Encore peu habituée à ce genre de contact, Ayala observait ce grand homme sage avec la bouche entrouverte. Sans le savoir, elle venait de rencontre pour la première fois celui qui allait lui apprendre à contrôler ses nouvelles capacités. Luke Skywalker venait à la rencontre de sa nouvelle apprentie, curieux de faire la connaissance de cette enfant des bas-fonds d'Aquaris de qui il avait tant entendu parlé ces derniers jours. Ses yeux d'un bleu si pure l'examinaient avec une profondeur déstabilisante, comme s'il tentait de sonder son âme de ce simple geste. Après quelques secondes de silence, les traits du Maître se figèrent en une expression de doute et il tourna les talons, s'éloignant de la petite sans la moindre explication. Ayala resta plantée là, pantoise, sans savoir que le Jedi avait vu à travers elle son futur sombre, et que son avenir incertain avait semé le doute dans son esprit. Pouvait-il former cette enfant en qui il voyait tant de souffrance ?




Il t'a regardé, tout à l'heure. La jeune femme ferma pendant un court instant ses paupières, essayant de se concentrer sur son instant de méditation. Pourquoi tu ne m'écoutes pas ? « Tais-toi ! », hurla-t-elle dans le vide, les traits tirés par la colère qui s'était engouffrée dans ses pensées. Ayala comprit rapidement que les autres élèves l'observaient avec inquiétude, elle marmonna quelques excuses pour ensuite reprendre ses exercices. Voilà, ils te regardent comme si tu étais un monstre. Là, vois comme ils te dévisagent alors que tu as les yeux fermés, certains se moquent même de toi alors que tu as le dos tourné. A travers la crispation de ses muscles faciaux, on pouvait ressentir tout l'effort que l'humaine faisait pour ignorer cette voix féminine qui lui murmurait des phrases dans sa tête. Ayala, Ayala, ces gens se moquent de toi, tu devrais te défendre et leur montrer qui nous sommes réellement. Ses paupières, auparavant closes, s'ouvrirent brusquement et elle se mit à crier en direction de deux jeunes apprentis, qui méditaient derrière elle. « Arrêtez, tout de suite ! » Sans s'en rendre compte, l'humaine avait saisi une pierre entre ses doigts et la tenait en l'air, prête à leur lancer dessus. Sentant le regard lourd de tous les autres élèves, Ayala avait compris qu'aucun d'entre eux ne s'était réellement moqué d'elle, elle finit par lâcher cette pierre et quitter la salle dans laquelle ils se trouvaient tous.

« Ce n'est pas possible, que m'arrive-t-il », se disait-elle, à voix basse. Elle marchait en direction des dortoirs, la mine basse, complètement perturbée par ce qui venait de se passer. Son épaisse chevelure ébène ondulait au rythme de ses pas rapides. Ayala finit par s'isoler dans une pièce vide, portant la main sur ses tempes douloureuses, tout en faisant les cents pas. « Je crois que je deviens folle, je crois que je deviens folle, ... » Les veines devenaient saillantes sur ses tempes. Ayala ? Cette voix, à nouveau. L'humaine se stoppa, levant les yeux au plafond, comme pour tenter d'apercevoir une quelconque silhouette féminine qui justifierait l'entente de ce timbre si particulier. « Qui êtes-vous ? » Rien aucune réponse. La femme avait cessé de parler dans sa tête, comme si cette simple question l'avait faite fuir. Il fallait en parler, à son maître. Ayala sentait que cet incident devait être transmis. Elle avait besoin d'aide, elle se sentait tellement mal dans son être le plus profond.

La sensible avait suivi les conseils de Luke Skywalker, qui lui avait proposé de méditer seule pendant plusieurs semaines, en évitant tout contact avec le monde extérieur, pour se recentrer sur elle-même. Ayala avait suivi, mot-pour-mot, chacun de ses conseils. Le Jedi avait accompagné son apprentie durant cette étape si particulière de son apprentissage, conscient que cette voix qu'elle entendait dans sa tête n'était pas le fruit de son imagination fertile d'adolescente mais bien un trouble réel. Luke espérait qu'avec l'aide de la Force, elle réussirait à l'anéantir et à retrouver un psychisme normal. Non, pour lui son élève n'était pas folle.

Les semaines s'étaient écoulées. Les exercices du Maître avaient réussi, aucune voix, aucun événement troublant dans son déroulement quotidien. Ayala était rassurée de s'être retrouvée, elle se sentait désormais plus forte, plus sûre d'elle. Allongée sur son matelas, elle fixait avec bienveillance les corps de ses camarades plongés dans un sommeil profond. Un sourire satisfait vint orner ses lèvres pulpeuses. Elle finit par fermer ses paupières, le corps et l'esprit apaisés. C'est alors qu'elle l'entendit, à nouveau, après ces semaines d'un silence sans faille. Ayala.




La haine, la colère, une profonde souffrance. Son être tout entier bouillonnait d'une soif de vengeance qu'elle n'arrivait pas à étancher. Sans prendre en compte les conséquences de ses actes, l'apprentie Jedi se tenait aux côtés de cette poignée de camarades qui s'étaient levés durant la nuit pour plonger l'académie dans un chaos sans nom. Ils étaient là, tous les huit, armés et prêts à se battre. Ayala avait suivi Ben Solo, convaincue par son discours contre leur Maître et parée à défendre ses idées. Tue-les, ces misérables vermines. Ecrase leurs visages sous la semelle de tes bottes. Ses doigts se refermèrent un peu plus sur son blaster, le regard sauvage rivé en direction des quelques élèves qui tentaient encore de fuir. Tue-les, ils ne méritent pas de vivre. Ils se sont moqués de toi toute ta vie. Elimine-les. Son index actionna la détente, l'humaine se mit à tirer sur chaque créature vivante qui passait sous ses yeux, intraitable, sans pitié. Son visage ne laissait paraître aucune expression. Elle semblait partie dans un délire dans lequel personne n'arriverait à la sortir. Une horrible satisfaction réchauffait sa poitrine. Ce sentiment grisant qui s'emparait d'elle la rendait presque heureuse. Oh oui, elle était tellement contente de pouvoir enfin se venger de tous ceux qui l'avaient pris pour une folle. Là, elle se tenait droite, seule, un visage de marbre, en anéantissant un à un les élèves de l'académie, ignorant leurs pitoyables suppliques. Ils devaient mourir, tous.




Ayala avait disparu après cet incident sur Yavin IV. Elle avait laissé sa place à Jaina Ren, une femme encrée dans une armure noire, son visage entièrement recouvert par un casque. Seule sa démarche chaloupée, sa voix guillerette et ses quelques formes visibles sous cette couche de vêtements sombres, pouvaient la différencier de ses camarades Chevalier de Ren. Jaina était aussi la plus petite, la plus chétive, à côtés de ces tas de muscles. Sa nouvelle famille était son nouveau point d'encrage dans sa nouvelle vie. L'innocence de sa tendre jeunesse avait disparu. La femme qui marchait dans les couloirs du vaisseau du Premier Ordre était devenue une tueuse, elle avait entièrement laissé disparaître le côté lumineux au profil du côté obscur, guidée par cette voix qui hantait sans cesse son esprit avec qui elle avait apprit à vivre.

Chronologie

4 ABY (0 ans) : Naissance de Ayala Jansen sur Aquaris, début de vie difficile.
13 ABY (9 ans) : Suite à un accident, la petite est amenée à l'hôpital et des tests sanguins sont réalisés, on découvre sa sensibilité à la Force.
14 ABY (10 ans) : Ayala intègre l'académie Jedi de Luke Skywalker sur Yavin 4, abandonnant sa vie misérable.
22 ABY (18 ans) : Destruction de l'académie Jedi par certains jeunes, dont Ayala, enrôlée par Ben Solo.
24 ABY (20 ans) : Ayala change de nom pour devenir Jaina Ren, rejoignant par la même occasion les combattants du côté obscur appelés les Chevalier de Ren.
Pseudo : Yiiie. Age : 24 ans. Pays : France. Comment as-tu connu le forum : Je suis sa fondatrice. Fréquence de connexion : quotidienne. Avis sur le forum : no comment. Autre compte: Ginger Storm, Raena Gunstar.

Code:
[b]Emeraude Toubia[/b] ⱷ Jaina Ren ([url=http://star-wars-origins.forumactif.com/u19]MP[/url])



poison minds
i seem to be a sweet and innocent creature. i'm not. be careful when you are near me, i can bit you if you're too close to me. i'm a demon disguised as an angel

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Irin Ren
Chevalier de Ren
Crédits : 72
Jetons de Force : 0
Disponibilité RP : 2/3 ( RP avec Ginger )
Autres comptes : Jax Arden
Avatar : Dominic Sherwood


Âge : 23 ans
Surnom : Anciennement Tobias Starwind, Toby ....
Profession : Chevalier de Ren
Allégeance : Premier Ordre
Inventaire : - Un sabre laser à cristal rouge
- Une armure légère
- Un vaisseau de combat léger
Holosphère :


Voir le profil de l'utilisateur
Dim 11 Mar - 23:38
PREUMS !! ohye
Re-bienvenue officiellement future collègue Ren, hâte qu'on puisse botter le cul des Résistants ensemble ! boing2


Haven't i fallen far enough ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jaina Ren
Chevalier de Ren
Crédits : 405
Jetons de Force : 2
Disponibilité RP : 2/2.
Autres comptes : Ginger Storm, Raena Gunstar.
Avatar : Emeraude Toubia (by WHORECRUX).


Âge : vingt-six ans.
Surnom : Jai.
Profession : Chevalier de Ren.
Allégeance : Premier Ordre.
Inventaire : un fouet laser, un sabre laser à lame rouge.
Holosphère :

Voir le profil de l'utilisateur
Dim 11 Mar - 23:49
Hihi merci mon p'tit chou !
Oui on va bien s'amuser hihi


poison minds
i seem to be a sweet and innocent creature. i'm not. be careful when you are near me, i can bit you if you're too close to me. i'm a demon disguised as an angel

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» (F) Emeraude Toubia - Broherhood - lien compliqué
» (F/LIBRE) Emeraude Toubia - Sister, I need you!
» Emeraude ♦ Your heart hits like a drum...
» Annabella V. Lerenard feat Bella Thorne (Terminé)
» (X) Drague la si tu peux-feat Alma Rodriguez [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars Origins ::  :: Identity papers :: Validées-
Sauter vers: