::  :: Core :: Coruscant Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Bâton de la mort feat. Navick

avatar
Raena Gunstar
Membre des Sentinelles
Crédits : 520
Jetons de Force : 2
Disponibilité RP : 2/2.
Autres comptes : Ginger Storm, Jaina Ren.
Avatar : Deepika Padukone (by Blondie).


Âge : vingt-six années.
Surnom : Nana, certains m'appellent Rae.
Profession : Sentinelle, je fais également de l'humanitaire dans les régions en conflits de la galaxie.
Allégeance : Nouvelle République.
Inventaire : un sabre laser (lame bleue).
Holosphère :

Voir le profil de l'utilisateur
Mar 6 Fév - 18:01

Bâton de la mort
feat Navick Malyen

Les bas-fonds de Galactic City étaient en ébullition à cette heure de la soirée. Les marchands les plus louches des mondes du Noyau se mêlaient aux badauds qui rôdaient devant des bars insalubres. Les rues étaient étroites et polluées, aucune lumière naturelle ne parvenait à rejoindre ces étages inférieurs de la ville capitale. Impossible d'apercevoir la lune ou même les étoiles qui scintillaient dans un ciel pourtant clair et dégagé. Seuls les réverbères placés à des endroits stratégiques permettaient de voir où on mettait les pieds. Il n'était pas rare de pouvoir sentir les relents pestilentiels qui se dégageaient de certaines allées ou de certains individus en perditions. Ces étages inférieurs n'étaient pas réputés pour leur confort, ni pour leur hygiène, ils dénotaient fortement avec l'élitisme de la belle Galactic City et ses grands immeubles chics. Pourtant les bas-fonds restaient, malgré sa sale réputation, un endroit très peuplé. Pas par les bonnes personnes dirait-on, mais on pouvait y trouver tout ce que l'on désirait. De la simple maison de passe au revendeur de bâtons de la mort, en passant par le trafiquant d'arme et l'arnaqueur de bonnes femmes. Toutes les espèces se côtoyaient dans un certain désordre, essayant par tous les moyens de trouver sa place et de faire fortune. Un joyeux bordel qui attirait, ce soir, une jeune femme en perdition.

Raena déambulait dans une rue étroite et sombre. Elle portait un espèce de poncho sombre et miteux, recouvert d'un quadrillage à peine visible tellement le tissu était abîmé, qui descendait jusqu'à ses genoux et qui cachait le sabre laser qu'elle portait à la ceinture. Sous son poncho, ses jambes graciles étaient couvertes d'un vieux pantalon en cuir noir, troué par endroits, et le haut de son corps par un pull sans le moindre charme. Sa longue chevelure noire était maintenue dans queue-de-cheval très serrée sur le haut de son crâne. N'importe qui verrait la silhouette délicate de la jeune Sentinelle pourrait la prendre pour une clocharde, ou une femme du bas-peuple. Ce déguisement étudié avec minutie lui permettait de passer inaperçue, pour qu'on ne s'intéresse pas à elle. Paraître pauvre enlevait tout intérêt aux voleurs et aux arnaqueurs. C'était un côté purement pratique qui convenait à Raena. De toute façon, elle était connue dans certains endroits de la basse ville qu'il lui arrivait de fréquenter. Non pour sa beauté cachée derrière son teint hâlé et ses traits fins, mais pour sa réputation de femme forte qu'il ne fallait pas contrarier. Jamais elle n'avait cherché à attirer la moindre attention, de la part de quiconque. Cependant les quelques canailles qui avaient tenté de lui chercher des noises s'en étaient mal sorties.

La jeune femme arriva devant le club Pinky Choice, dont la devanture lumineuse en néons roses représentait une Twi'lek nue en train de danser, et passa à côté d'un Baragwin qui faisait le videur. Un échange de regard avec ce dernier lui permit de rentrer. Comme à son habitude, le club faisait salle comble. Toutes les tables semblaient occupées et de nombreuses créatures se pressaient autour de la scène pour mater, de leurs yeux lubriques, de ravissantes créatures en train de se trémousser sur une musique électronique. Cela faisait longtemps que l'humaine fréquentait cet établissement réputé des bas-fonds, elle ne prêtait plus la moindre attention à l'ambiance malsaine qui y régnait. Raena s'adossa au comptoir, et fit un signe de main au barman qui était en train d'essuyer un verre avec son tablier à la propreté douteuse. « Un shooter de rank et une assiette de crudités s'il te plaît », dit-elle de sa voix douce. La créature acquiesça et lui offrit un sourire presque amical avant de retourner à ses occupations. Pendant ce temps la belle se mit à détailler avec intérêt la vaste salle qui se présentait sous ses yeux. Il y avait de tout ce soir, vraiment. Rester installée à regarder les différentes créatures interagir ensemble était très constructif, pour la jeune femme. Cela l'occupait et dès fois, cela pouvait être très drôle.

« Merci Joe, tu passeras le bonjour à ta femme quand tu la verras ». Après avoir salué le barman, Raena vida son shooter cul-sec et prit son assiette pour s'enfoncer un peu plus loin dans le club, à la recherche d'un fauteuil ou d'une chaise libre. La belle slalomait avec aisance entre les clients, évitant par instants des mains baladeuses. C'est alors qu'un type lui fonça dedans et elle tomba à la renverse, déversant toute son assiette de crudités sur la moquette sale. « Hey ! Vous auriez pu faire attention espèce de vaurien ! Ahh, ça par exemple, il y a vraiment des abrutis partout » Ragea-t-elle en se relevant avec difficulté.



May the Force Be with you
Raena Gunstar ☽ You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Navick Malyen
Armée de la Résistance
Crédits : 578
Jetons de Force : 0
Disponibilité RP : Dispo !
Autres comptes : Nop.
Avatar : Douglas Booth


Âge : 24 ans.
Surnom : Nav'
Profession : Pilote dans le Red Squadron.
Allégeance : Resistance.

Voir le profil de l'utilisateur
Lun 12 Fév - 5:15

Bâton de la mort
feat Raena Gunstar

Je venais de descendre du vaisseaux de transport que j'avais pris en direction de Coruscant. Officiellement je devais prendre contacte avec un des émissaires de la résistance afin de prendre la température au sein de la gigantesque planète qui se constituait d'une immense ville. Officieusement j'allais en profiter pour refaire mon stock de bâton de la mort, il ne diminuait de plus en plus rapidement à mesure que les jours passaient sans que je ne répondais à la Force. J'avais un mal de crâne atroce et un bourdonnement constant dans les oreilles. J'avais l'impression d'être coincé derrière un réacteur d'un x-wing. Je ne pû m'empêcher de sourire à l'image que j'avais de moi me prenant le souffle d'un vaisseaux au décollage. En ce moment il m'en fallait peu pour rire, j'étais bien et ça ne m'était pas arrivé depuis bien des années.

Je m'avançais vers la sortie du spatio-port, une tenue passe partout sur le dos composait d'un simple pantalon de voyage, une chemise blanche légèrement salie par l'usure et des bottes de bonne manufacture mais qui avait sans doute fait leur temps et mon petit sac à bandoulière qui j'avançais près de mon torse afin d'éviter que je ne me retrouve sans m'en rendre compte défait de mes affaires. Je passais à travers les personnes présentes en direction de ce qu'il me semblait être un arrêt de taxi. C'était pour moi le plus simple afin de rejoindre les bas-fonds de de Galactic-city. Plus je m'enfonçais dans l'immense allée, plus j'étais subjugué par la diversité raciale dont était pourvu la planète. C'était la première fois que je venais sur une planète aussi grande et peuplé et je n'étais sans doute pas habitué à toute cette grandeur. C'était presque trop aussi. Cela donnait l'illusion du trop et de l'extravagant pour camoufler une misère dissimulée dans des sous-sols pourrie jusqu'au et au final je n'avais pas tord.

Après avoir pris le taxi en direction des bas-fonds, j'avais rapidement compris que mes craintes étaient justifiées. C'était moins pire que ce que je pensais mais nous n'étions pas au niveau le plus bas. Ici hormis quelques luxures dont certains étaient devenues clairement dépendant je n'avais pas l'impression que tout était dépourvu de sens et de notion de conscience. Néanmoins je devais me méfier. Non pas que je craignais l'atmosphère mais je sentais bizarrement qu'il ne fallait pas que je baisse ma garde. Mon mal de crâne était devenu insupportable. La musique et l’étouffement procurait par la foule agglutinée dans la rue n'accentuait que d'avantage le brouillard dans lequel j'étais actuellement. Je secouais la tête fortement pendant quelques secondes avant de me massais les tempes dans l'espoir d'avoir la possibilité d'y voir à nouveau plus clair.

Je continuais d'avancer à travers la ruelle après que la douleur se soit un peu atténuée. Je pris mon sac dans les main pour en sortir un datapad qu'on m'avait donné avec le nom de mon contact l'adresse exacte où le trouver. Afin de ne pas prendre de risque j'avais décidé de détruire de datapad en le lançant sur le sol et en l'écrasant, prenant soin de détruire la puce mémorielle au passage que l'outil de communication soit complètement inutilisable. Après quelques dizaines de minutes de marche j'étais afin arrivé à l'adresse indiquée. Le Pinky Choice. La lumière rosée me brûlait les yeux tandis que j'essayais au maximum de ne pas la regarder. Pas de vigiles, personnes. En même temps le contraire aurait été étonnant. Cela aurait fait fuir les clients et je doutais clairement que se soit le but recherché.

Je pénétrais donc dans ce lieu clairement sujet à la dépravation la plus totale. Des twi'leks nues qui dansaient sur les tables pour des clients qui visiblement en redemandaient sans cesse. Des revendeurs de toutes sortes de substances, des trafiquants, des chasseurs de primes en quête de contrat. Je me frayais un chemin au travers des personnes qui se bousculaient un peu partout avant d'approcher ce qu'il semblait être un dealer de bâton de la mort. Après quelques minutes passait à l’observer et quelques transaction sous mes yeux je savais qu'il allait pouvoir me fournir ce dont j'avais besoin. Un humain un peu frêle, pâle, sans doute n'avait-il pas vu la lumière d'un soleil depuis longtemps ou ... Trop camé peut être ? "J'en voudrais une dizaine pour ma part ... J'ai besoin de faire un ravitaillement." proclamais-je avant de me mettre à son niveau. Il me regardait d'un air méfiant avant de lâcher un petit sourire espiègle et presque dédaigneux. "Désolé l'ami, je n'en ai plus que deux et si tu les veux hé bah ... ça sera 100 crédits." Je retenais ma colère, 100 crédits c'était vraiment beaucoup trop cher mais j'en avais vraiment trop besoin. Si je n'en prenais pas maintenant j'allais tombé c'était certain. Je lui donnais son argent avant qu'il parte d'un air satisfait en dehors de la boîte de nuit. J'allais enfin pouvoir soulager mon mal. Je venais d'en ouvrir un et je l'emmenais à ma bouche je percuta violemment quelqu'un et celui-ci tomba sur la sol entraînant l'autre dans sa chute. C'était une jeune femme qui venait de me rentrer qui en plus m'accusait. Je regardais mes deux fioles complètement détruites au sol et je posa mon regard colérique sur elle. "Que moi je fasse attention ?! Je peux vous dire la même chose ! C'est autant votre vote que la mienne si on n'a pas fait attention. Voilà le résultat ..." Je soupirais longuement avant d'aider la jeune femme à se relever et la prenant par la main avant de posait brièvement mon regard sur la foule qui s'était quelque peu englutinée. "Je n'ai plus grand chose mais ... laissez-moi vous payer un autre assiette pour me faire pardonner?" J'étais tellement énervé mais je devais me contrôler ... après tout c'était ma faute si j'étais si embrumé ... et mon contact n'était toujours pas là cela commençait à devenir inquiétant.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Raena Gunstar
Membre des Sentinelles
Crédits : 520
Jetons de Force : 2
Disponibilité RP : 2/2.
Autres comptes : Ginger Storm, Jaina Ren.
Avatar : Deepika Padukone (by Blondie).


Âge : vingt-six années.
Surnom : Nana, certains m'appellent Rae.
Profession : Sentinelle, je fais également de l'humanitaire dans les régions en conflits de la galaxie.
Allégeance : Nouvelle République.
Inventaire : un sabre laser (lame bleue).
Holosphère :

Voir le profil de l'utilisateur
Mar 13 Fév - 22:02

Bâton de la mort
feat Navick Malyen

Un peu surprise par cette chute brutale, les iris sauvages de la belle fixaient avec intensité la silhouette de l'inconnu qui râlait face à elle. Lui aussi semblait avoir perdu quelque chose, d'une importante cruciale apparemment, et ça l'énervait énormément. Une simple observation de la scène à ses pieds lui fit comprendre les probables raisons de sa réaction clairement excessive. Un étrange liquide phosphorescent s'écoulait désormais de deux tubes transparents sur la moquette déjà couverte d'une épaisse couche de crasse. Après une certaine hésitation, Raena accepta de saisir la main tendue de l'homme qui l'aida à se redresser. Elle heurta pendant un bref instant son torse, puis plongea son regard inquisiteur dans le sien, en tentant de sonder son esprit sans lui demander la moindre autorisation. C'est alors qu'une étrange réaction s'en suivie, que la belle ne put réussir à prévoir. Dans son enquête mentale, elle se heurta rapidement à un mur qui l'empêcha de sonder plus loin les pensées de son interlocuteur. Comment était-ce possible ? Seul un sensible à la Force, formé qui plus est, pouvait bloquer ce pouvoir. « Euh », répondit-elle bêtement, l'air hagard, à sa proposition. Il fallait qu'elle en sache plus sur lui, il était différent des autres créatures qu'elle avait l'habitude de croiser dans les Bas-fonds. Elle s'empressa alors de lui répondre un « Oui bien sûr », vite expédié, puis le saisit par la main. Ses longs doigts fins vinrent encercler les siens, comme pour s'assurer qu'il ne partirait pas dans la foule qui s'était amassée ici, dans le bar. Raena emmena alors l'inconnu à l'écart, bien loin du comptoir où il était censé lui payer une assiette de crudité pour se racheter.

Durant leur trajet à travers la grande salle, la jeune femme observait du coin de l’œil l'homme qui l'avait bousculé. Était-ce un signe du destin ou avait-il lui-même provoqué sa chance ? Rencontrer un sensible formé, dans ce bar, au même moment, c'était vraiment une combinaison de facteurs improbables. Était-il un sbire du Premier Ordre à la recherche de sensibles à la Force, comme l'avait prédit si justement le Maître avant qu'elle ne quitte Tython ? En sondant la Force qui émanait de lui, Raena pouvait sentir les traces du côté obscur, sans pour autant réussir à identifier leurs origines, comme s'il tentait lui-même de les cacher. Ses sourcils se froncèrent, accompagnant ses lèvres pincées, dans un moment d'intense réflexion. Il était étrange. « Venez, c'est par là ». L'humain avait parfaitement compris qu'elle ne l'amenait pas au bar mais qu'elle tentait de l'en éloigner pour pouvoir lui parler, c'était clairement décelable, même pour un mec complètement stone. Ils finirent par s'aventurer dans un étroit couloir, éclairé dans une ambiance tamisée. Il y avait dans ce couloir une succession de portes au-dessus desquelles des lumières, tantôt rouges et tantôt vertes, indiquaient l'occupation des différentes salles. Personne n'était dupe concernant les activités réalisées dans l'arrière boutique. Pourtant cela n'arrêta pas la jeune femme, décidée à connaître la vérité sur ce curieux personnage qui l'avait bousculé.

La Sentinelle pénétra dans une pièce inoccupée, emmenant l'étranger qu'elle tenait toujours fermement par la main, puis referma la porte derrière eux. La lumière verte au-dessus de la porte se changea alors en une lueur rouge sanguine. Ils étaient désormais seuls, tous les deux, dans une chambre obscur dont les murs étaient recouverts d'une horrible tapisserie matelassée. La belle relâcha l'humain puis fit quelques pas dans la pièce, la respiration parfaitement maîtrisée. Ce n'était pas l'endroit le plus propice à une conversation sans arrière pensée, avec ces chaînes qui sortaient des plafonds, ces objets lubriques et cette désagréable odeur de sécrétions corporelles qui émanait du sol. Toujours en mouvement dans la pièce, les bras croisés dans le dos et les iris sombres posées sur sa silhouette, Raena examinait l'étranger, lui tournant autour comme une lionne guette sa proie. Elle finit par briser un long silence, en déclamant de sa voix claire et dans une diction impeccable : « Qui êtes-vous et que faites vous ici ? » L'ombre d'une menace planait sur cette question, sa voix semblait étouffée dans cette pièce entièrement insonorisée.

Raena s'arrêta à quelques pas de l'étranger. Elle ne connaissait pas son nom et ne pouvait pas lui arracher ce qu'elle voulait savoir en fouillant dans son esprit. Il résistait, fermement, ses souvenirs étaient enfouis dans sa mémoire et elle ne pouvait y avoir accès. Cet homme était une véritable forteresse. Que cachait-il comme secrets dont il ne voulait pas dévoiler la moindre once d'information. Était-il armé ? La Sentinelle glissa sa main, sous son poncho, frôlant du bout de la pulpe de ses doigts le manche métallique de son sabre laser sans s'en emparer. « Parlez, étranger. Que venez-vous faire sur Coruscant et qu'êtes-vous exactement ? » Rien, toujours rien. Le mutisme volontaire de cet humain avait pour conséquence fatale de fortement l'énerver. Les ailes de ses narines commençaient à frétiller, elle sentait son rythme cardiaque s'accélérer et sa température corporelle augmente en flèche. « Ne me mentez pas, je sais que vous êtes formé à la maîtrise de la Force, faites-vous parti du Premier Ordre ? Répondez ! » Elle hurla presque la fin de sa phrase. Méfiante, sur ses gardes, la belle n'avait toujours pas saisit son arme. Cet étranger à l'allure si frêle et fragile l'avait fortement ébranlée lorsqu'elle avait tenté de pénétrer dans son esprit. Il était bien plus puissant qu'il n'en avait l'air. Néanmoins pour une raison qu'elle ignorait encore, il inhibait totalement son pouvoir. Se jouait-il d'elle pour mieux l'atteindre ? Après tout, les Sentinelles étaient encore inconnues du Premier Ordre. Réussir à en capturer une permettrait aux Ren d'asseoir un peu plus leur suprématie sur la maîtrise de la Force.



May the Force Be with you
Raena Gunstar ☽ You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Navick Malyen
Armée de la Résistance
Crédits : 578
Jetons de Force : 0
Disponibilité RP : Dispo !
Autres comptes : Nop.
Avatar : Douglas Booth


Âge : 24 ans.
Surnom : Nav'
Profession : Pilote dans le Red Squadron.
Allégeance : Resistance.

Voir le profil de l'utilisateur
Mar 27 Fév - 3:32

Bâton de la mort
feat Raena Gunstar

La jeune femme venait de me saisir la main, et je ne pouvais m'empêcher de lâcher un léger sourire alors que celle-ci avait accepté mes excuses. Au fond de moi je n'étais pas bien, je venais de perdre ce qui me permettait de contrôler l'appel constant de la force. Je ne pouvais me l'avouer mais, j'avais peur. Peur de redevenir le monstre que j'étais jadis, peur de céder à nouveau à l'appel du côté obscur et de basculait dans les ténèbres dont j'avais eu tant de mal à ne serait-ce qu'apercevoir la lumière qui m'avait donné l'espoir d'être le nouvel homme que je suis dorénavant. L'inconnue avait les mains légèrement moites et parsemaient de quelques ampoules sans doute. Peut être était-elle pilote ? En tout cas elle faisait un métier manuel ou bien elle se servait régulièrement de ses mains. Après être venu me heurtait en se relevant, la brune fit quelque chose auquel je ne me serais jamais attendu. Elle semblait vouloir entrer dans ma tête. Comment était-ce possible ? Seul un utilisateur de la force pouvait faire cela. Je ne savais pas si c'était un nouveau coup de la force ou si cela venait vraiment d'elle mais en tout cas je fis rapidement barrage. Ma tête était de plus en plus douloureuse et si c'était vraiment elle, je pouvais à tout moment ne plus être en état de la repousser.

Mes doigts furent entrelacés au sien et cela me procura un léger sentiment de bien être que je ne pourrais jamais expliquer. C'était la première fois depuis bien longtemps que je recevais un geste de tendresse et même si le contexte ne favorisait en rien un état d'euphorie léger et bien je le ressentais pendant quelques secondes ce qui étonnement fît passer mon terrible mal de crâne à une douleur secondaire. Nous venions de prendre la direction du bar avant que celle-ci ne change de direction assez rapidement. Je ne pouvais définir l'endroit exact où elle m'emmenait. La foule qui était présente nous gênait dans nos mouvements même si incroyablement la demoiselle ne semblait pas tant que cela perturbée. Elle avait sans doute l'habitude de ce genre d'endroit, ou alors elle était tellement concentrée sur son chemin qu'elle ne prêtait pas attention aux individus présents. "Je ne sais pas où vous voulez m'emmener mais le bar est de l'autre côté." lui disais-je affirmatif non sans une once d'incompréhension. Un couloir se dessina devant nous alors que nous atteignions la pièce où voulait visiblement se dirigeait l'humaine. Nous longions se couloir crasseux, emplis de personnes d'espèces diverses se prêtant à des pratiques étaient normalement censer être du domaine privé et non à la vue de tous. Néanmoins nous nous arrêtions devant une des pièces du couloir avant d'y pénétrer. La jeune femme me lâcha avant de verrouiller la porte.

C'était un endroit très ... dérangeant et perturbant. Il y avait tout un tas d'objet auquel mon œil innocent essayait de se convaincre que c'était pour la torture mais je savais pertinemment que les pratiques réalisaient dans cette pièce procurait bien plus de plaisir que de douleur ... Je n'avais jamais compris en quoi avoir mal pouvait être synonyme de plaisir et en voyant ces objets je comprenais encore moins. L'odeur de la pièce était infecte, entre le mélange de transpiration et de semence masculine ce n'était vraiment pas agréable. J'étais pris en otage par une fille dont je ne connaissais rien mais je pouvais être certain qu'elle ne m'avait pas emmené ici pour le plaisir de la chair. Elle me tournait autour  comme si j'étais sa proie et cela m'amusait légèrement même si je restais concentré et impassible. Elle venait de me demander qui j'étais et ce que je faisais ici. Était-elle du Premier Ordre ? Non visiblement il y avait autre chose derrière tout cela. Je pris le choix de ne pas répondre, d'une part parce que je n'en avais pas réellement envie et d'autre part pour la pousser à développer sa question afin d'être certain qu'elle n'était pas une infiltrée.

C'est ce qu'elle fît en me demandant non pas qui j'étais mais ce que j'étais. Elle était bien l'origine de la sonde mentale que j'avais ressenti tout à l'heure. Elle était donc une utilisatrice de la force et expérimentée par dessus tout. Mais c'était impossible, tous les Jedi étaient morts et les seuls restant je les connaissais tous. La seule alternative serait qu'elle fasse parti des Padawans de Ren mais non, elle avait au moins autant d'années d'entrainement que moi. Tout cela était impossible. L'utilisatrice de la force commença à se laisser à la colère face à mon mutisme volontaire et me révéla qu'elle savait que j'étais un utilisateur de la force ce qui me fît froncer les sourcils avant que je ne lui réponde. "Je suis venu sur Coruscant afin de me ravitailler en bâton de la mort et non je ne fais pas parti du Premier Ordre." Je m’avançais vers la jeune femme avant de saisir sa main qui ne traînait que depuis trop longtemps sous son attirail. Mon regard bleu la dévisageait et je pris plaisir à la regarder pendant quelques secondes. C'était un belle femme, le visage déformait par la surprise et l'incompréhension sans doute. "Vous pouvez me fouiller, je n'ai pas d'armement. Je ne suis pas votre ennemi. En revanche vous m'intriguez. Je suis certain que vous ne faîtes pas parti du Premier Ordre et les Jedi ont été exterminer il y a plusieurs années alors comment se fait-il qu'une utilisatrice de la force expérimentée comme vous l'êtes puisse existé ? D'autant plus que je me doute de ce que vous avez sous votre vêtement." Je lâchais le bras de la jeune femme que je n'avais en aucun cas fermement tenu avant d'enlever ma cape pour lui prouvait mes dires concernant l'armement que j'avais. "Si vous avez des doutes je suis à votre merci. Après tout vous êtes armé et moi non. Mais bizarrement je doute que votre but est de m'éliminer je me trompe ?" Elle ne dégageait aucune animosité, seulement ce qui semblait être de la crainte. Qui était cette jeune femme ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Raena Gunstar
Membre des Sentinelles
Crédits : 520
Jetons de Force : 2
Disponibilité RP : 2/2.
Autres comptes : Ginger Storm, Jaina Ren.
Avatar : Deepika Padukone (by Blondie).


Âge : vingt-six années.
Surnom : Nana, certains m'appellent Rae.
Profession : Sentinelle, je fais également de l'humanitaire dans les régions en conflits de la galaxie.
Allégeance : Nouvelle République.
Inventaire : un sabre laser (lame bleue).
Holosphère :

Voir le profil de l'utilisateur
Mar 27 Fév - 4:43

Bâton de la mort
feat Navick Malyen

La tension était palpable. La belle sentait que l'homme face à elle se retenait de réagir, ce qui ne faisait qu'augmenter de façon exponentielle son énervement. Ce n'était pas bon, elle devait se contrôler. Perdre la maîtrise de ses émotions ne pouvait que la conduire à des actions non désirées. Elle ne voulait pas détruire une partie de ce bar, dans lequel elle avait prit ses petites habitudes, juste parce qu'un sale type se jouait d'elle en ne prononçant pas le moindre mot. Non. Il brisa finalement le silence. Sa voix masculine flotta dans les airs, se mêlant au parfum immonde qui régnait en maître dans la pièce sombre, raisonnant dans les profondeurs des entrailles de la belle. Raena s'apprêta à expirer, pour faire baisser la pression accumulée, lorsque l'homme se saisit brusquement d'un de ses bras caché sous sa tunique. Elle tenta de reculer pour l'éviter, c'était trop tard. La belle retint un cri de surprise, étouffé entre ses lèvres pincées de force. L'étranger gomma pendant un court instant leur proximité en tirant la jeune femme vers lui. Elle nota l'intensité de son regard qu'il plongea dans ses iris sauvages. Aucun des deux ne prononça le moindre mot. Un silence s'installa. Les deux jeunes se fixaient, leurs respirations faisaient se soulever leurs poitrines respectives. Les longs cils de la Sentinelle ne battaient plus, ils restaient immobiles, prêts à se battre, soulignant encore plus ce regard sauvage qui la caractérisait tant. Raena se surprit à retenir son souffle, le garder enfermer dans sa cage thoracique dans laquelle tambourinait vivement son muscle cardiaque. C'était une situation déstabilisante dans un endroit peu adapté pour les discussions cordiales.

L'inconnu reprit la parole et, par la même occasion, ses explications. La Sentinelle se permit d'expirer à nouveau, reprenant son souffle avec une certaine maîtrise. Alors il ne faisait pas parti du Premier Ordre ? C'était quoi cette blague ? Il ne pouvait ni faire parti de ce groupe de dégénéré ni des Sentinelles. Comment pouvait-il en être certain qu'elle ne faisait pas partie elle-même du Premier Ordre ? Qui était-il alors ? Il la relâcha rapidement. Raena eut un mouvement de recule, peu encline à se refaire accrocher de la sorte. « Ce que j'ai sous mon vêtement ne vous regarde en rien », dit-elle sur un ton cassant. Elle sonda l'homme qui lui faisait face, des pieds à la tête, comme on examine une marchandise sur un étale. Ses lèvres de tordirent, dubitative. « Je ne vous fais pas confiance, étranger, je vais alors vérifier par moi-même que vous ne cachiez pas une arme sous vos vêtements ... à vous ». Raena souligna la fin de sa phrase comme un rappel de sa remarque à lui. Elle s'approcha de lui et le plaça contre le mur, les jambes et les bras écartés, comme lors d'un contrôle de la police de la République. A quelques centimètres seulement de ce visage si jeune, mais qui semblait pourtant avoir vécu des événements traumatisants, la Sentinelle sentit son souffle mentholé contre la peau de son visage. D'abord hésitante, elle s’affaira à entamer une fouille au corps peu conventionnelle dans un bar à tapins aussi mal fréquenté. Il fallait avouer que son toucher restait timide, peu habituée à ce genre de gestes.

Ses mains finirent leur fouille en tâtant les mollets de l'inconnu, l'humaine se redressa avec souplesse. Au moment où sa colonne vertébrale s'était presque entièrement déroulée, Raena fut surprise de frôler du bout de son nez celui de son interlocuteur. Elle se pencha en arrière pour l'éviter et failli tomber à la renverse, se tenant au dernier moment au col de l'homme. « Excusez-moi » Réussi-t-elle à articuler. La Sentinelle recula à nouveau, pour se placer au centre de la pièce, fixant toujours de son regard sérieux l'inconnu face à elle. « Je ne comprend pas. Si vous n'êtes ni un membre du Premier Ordre, ni un ... Enfin que vous ne faites pas parti de mon groupe. Qu'êtes-vous exactement ? Je ne comprend pas. Et, c'est quoi cette histoire de bâton de la mort ? Qui voulez-vous frapper avec ? » La scène était clairement ridicule. Une force de naïveté vint se peindre sur le visage de la belle Raena. La pauvre ignorait totalement l'origine de ce mot, malgré ses fréquentations parfois douteuses des bas-fonds de Coruscant. Jamais on avait osé lui en proposer une consommation de cette drogue, pourtant réputée dans les milieux louches, du coup elle avait l'air un peu bête face à l'étranger plus expérimenté qu'elle.

On toqua à la porte, la voix du propriétaire du bar s'éleva. « Hé oh, je ne sais pas ce que vous faites mais il faut payer pour consommer ». Les yeux de la belle s'écarquillèrent légèrement, outrée que l'on puisse la prendre pour l'une de ces traînées de basse naissance. Sentant que l'homme allait essayer de rentrer, l'humaine accouru en direction de la porte et se mit de dos, elle fit un signe de tête à l'étranger pour qu'il vienne l'aider. Il fallait jouer le jeu. Après tout, les gens ne venaient pas ici pour boire un thé autour d'une partie de carte. Raena leva les yeux au ciel, réfléchissant à la meilleur des réactions. Elle donna des petits coups de pieds avec le talon de ses bottes contre la porte, encourageant l'autre humain à faire de même. Des faux soupires, des petits cris discrets, tout pour rendre l'illusion que les deux faisaient bon usage de cette pièce étrange, dans une sauvagerie toute maîtrisée. L'homme derrière eux finit par répondre, dans un ton las : « Bon je reviendrai plus tard, n'oubliez pas de nettoyer ». Les bruits de pas dans le couloir indiquaient que le patron s'éloignant de la porte. Raena ne put retenir un soupire de soulagement, oubliant presque la proximité renouvelée avec cet étranger. Ils avaient réussi à berner l'homme, un vrai jeu de théâtre, un accord parfait entre les deux acteurs de la pièce. « J'ai vraiment cru qu'il allait rentrer ce type, heureusement qu'il respecte un minimum sa clientèle » murmura-t-elle de sa voix féminine. La jeune femme essuya d'un revers de manche son front moite. La chaleur dans cette pièce était insoutenable. Pas étonnant que les gens se déshabillent rapidement, une fois rentrés à l'intérieur.



May the Force Be with you
Raena Gunstar ☽ You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Navick Malyen
Armée de la Résistance
Crédits : 578
Jetons de Force : 0
Disponibilité RP : Dispo !
Autres comptes : Nop.
Avatar : Douglas Booth


Âge : 24 ans.
Surnom : Nav'
Profession : Pilote dans le Red Squadron.
Allégeance : Resistance.

Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 1 Mar - 4:59

Bâton de la mort
feat Raena Gunstar

À peine avais-je lâcher le bras de la jeune femme que je ne pouvais que constater l'état d'énervement dans laquelle cette situation la mettait. Après tout c'était compréhensible. Elle soutenait son regard sauvage dans le mien et une tension presque malsaine se m'y doucement à place, à tel point qu'une atmosphère déstabilisante semblait se propager dans la pièce en écho à l'échange. Je ne perdais cependant pas mon sang-froid. Il ne fallait pas laisser une once d'ouverture à cette jeune femme, et malgré le fait que j’essayais de m'auto-persuader du contraire elle représentait une menace tant que je n'avais pas le fin mot de cette histoire. Elle vint me dire que je ne pouvais savoir ce qui se cacher derrière son poncho. Bien évidemment que je le savais, c'était une évidence. Mais plus je me forçais à réfléchir à une explication logique à tout cela et plus mon esprit s'embrouillait. Pendant quelques instants je m'étais perdu à regarder la pièce et le néon de couleur rougeâtre qui m'agressait les yeux. Je pris le temps de fermer les yeux quelques instants avant d'à nouveau poser mon regard sur la jeune femme qui avait instaurer une proximité dérangeante sous prétexte qu'elle ne me faisait pas confiance et qu'elle voulait me fouillait "convenablement". Une fois contre le mur je me sentais complètement à la merci de celle-ci comme si pour la première fois depuis bien longtemps j'étais la proie de la prédatrice sauvage qui se tenait devant moi. Je ne doutais pas de ses intentions justifiées mais, j'étais gêné de ce contact et tout cela se ressentait relativement facilement à mes torsions régulières et à ma crispassions du au fait que tout cela me tendait énormément.

Je pris mon mal en patience, et j'essayais au mieux de ne démontrer aucuns signes de dérangement. Je tentais de rester impassible ou du moins le plus stoïque que je pouvais dans cette situation. Ni le contexte, ni l’endroit ne prêtait à mon bien être. Une fois la fouille de la demoiselle terminée, elle se releva dans une grâce qui me médisa quelques instants avant que celle-ci ne manque de trébucher. Elle  venait de prendre appuie sur le col de mon haut qui se déchira un peu afin de se rattraper et sans y faire attention je l'avais pris par la taille pour la retenir à mon tour. J'avais rapidement lâché celle-ci mais une gêne tout autre venait de prendre place à son tour dans la pièce. "Votre groupe ? C'est intéressant. Vous n'êtes donc ni du Premier Ordre ni une Jedi? Alors qui êtes-vous exactement ?" l'avais-je interrogé. Après tout je ne connaissais pas toute la galaxie loin de là mais comment un autre groupe d'utilisateur de la force autre que les Jedi et les Chevaliers de Ren pouvait exister ? Nous étions donc si aveugle pour ne pas avoir senti cela ? Nous étions-nous perdus à ce point pour ne pas avoir vu tout cela arriver ? Je ne pensais pas dire cela un jour mais nous étions encore plus aveugle que je le pensais. Mes pensées furent évincées quand la sensible fît une réflexion qui m'amusa légèrement, un léger sourire se forma sur mon visage. "Je ne suis qu'un pilote drogué aux bâtons de la mort. La seul chose que je veux frapper avec c'est mon Passé sans doute."

Ma phrase se termina sur un son sourd qui secouait la pièce de manière agressif. Quelqu'un était entrain de frapper à la porte visiblement le propriétaire des lieux qui nous demandait ce que nous faisions ici. Il était vrai qu'au final ne n'avions rien à faire dans cette pièce si ce n'était pas pour nous laissé aller au plaisir de la chair et des fantasmes douteux. Néanmoins la brune se dirigea rapidement contre le porte pour allé simuler l'acte à l'origine duquel était normalement fait cette pièce, elle me fit un signe de tête afin que je la rejoigne pour l'aider. Malgré une hésitation de quelques secondes j'allais la rejoindre. Il ne fallait pas que nous nous fassions virés, trop de questions étaient en suspend. Je m'approchais d'elle au maximum, simulant à mon tour des gémissements de plaisir et de petits coups sur la porte. Notre proximité était à son paroxysme et tout cela n'était pas réellement désagréable. Je n'avais pas réellement de pensées malsaines mais la situation n'y favorisait que trop et c'était très perturbant. Une fois la personne partie nous prîmes à nouveau nos distances. La chaleur dans cette pièce était insoutenable, et voilà que j'enlevais ma veste afin d'être plus à l'aise, prenant le temps de respirer un coup avant de passer ma main dans mes cheveux pour me recoiffer un peu. Je venais de m'asseoir dos à la porte et je regardais la jeune femme. "Après tout cela, je pense que vous pouvez me faire confiance. Mettez vous à l'aise, garder votre sabre si cela vous rassure mais cessez de me considérer comme une menace sinon je vais mal le prendre." Je soupirais un long moment avant de me perdre sur le plafond gorgé d'humidité ... ou d'autre chose. Un frisson me parcourut un instant. "Maintenant que j'y pense je ne me suis pas présenté. Je m'appelle Navick et vous ? Je sais que normalement tout cela se fait avant mais avec tout ce que nous venons de vivre nous n'avons pas eu le temps pour les politesses d'usage."lâchais-je en riant légèrement. En y repensant tout cela était vraiment drôle. Quelle était la probabilité pour que nous nous rencontrions. J'étais certain que la Force n'y était pas pour rien. "Je crois que la force a voulu que nous nous rencontrions à dire vrai. La question est pourquoi? Je savais que dès l'instant ou vous avez détruit ma réserve de bâton tout ceci allait me mener à entendre à nouveau son appel." J'avais l'impression de parler tout seul. Je secouais la tête un instant et me rendu compte que pour la première fois depuis de long mois j'avais entendu et accepté l'appel de la force. Je n'aurais pas dû ... Mes bras vinrent enveloppés ma tête. Pourquoi je me sentais si bien à l'entendre alors qu'elle m'avait fait tant de mal. Que j'avais fait tant de mal à cause d'elle ... Je ne voulais pas que tout ça recommence. Je ne voulais pas basculer à nouveau dans les ténèbres.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Raena Gunstar
Membre des Sentinelles
Crédits : 520
Jetons de Force : 2
Disponibilité RP : 2/2.
Autres comptes : Ginger Storm, Jaina Ren.
Avatar : Deepika Padukone (by Blondie).


Âge : vingt-six années.
Surnom : Nana, certains m'appellent Rae.
Profession : Sentinelle, je fais également de l'humanitaire dans les régions en conflits de la galaxie.
Allégeance : Nouvelle République.
Inventaire : un sabre laser (lame bleue).
Holosphère :

Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 1 Mar - 23:00

Bâton de la mort
feat Navick Malyen

Cette proximité soudaine avec l'inconnu fut une expérience étrange, à la fois étonnement grisante, mais aussi relativement déstabilisante. Ce visage aux traits si fins, pour un homme, était tellement proche du sien. La belle avait pu sentir son souffle glisser contre la peau brûlante de sa joue. La fin du jeu sonna la séparation brutale, et tant espérée, des deux corps. Raena resta satisfaite de la réussite de son plan, grâce à la collaboration de l'autre inconnu, mais un sentiment de frustration aux origines non identifiables commença à s'emparer d'elle. Elle fit quelques pas dans la pièce, se mordant la lèvre inférieure en repensant soudainement à ce qui venait de se passer. L'humain, lui, ôta sa veste et s’assit dos à la porte, fixant la Sentinelle de son regard intense. La brune parut hésitante, puis s'installa finalement en tailleur, sur le sol à la propreté plus que douteuse. L'étranger se présenta enfin, d'une manière des plus courtoises malgré les récents événements qui n'avaient pas bien entamés leur début de relation. « Enchantée Navick, je m'appelle Raena ». Tout comme lui, probablement, la Sentinelle avait préféré taire son nom de famille. Les présentations furent enfin faites. La brune fut soulagée de connaître enfin l'identité de cet homme qui l'avait bousculé, même si elle affichait toujours une pointe de soupçon dans son regard de braise.

Qui était-il s'il n'était ni une Sentinelle, ni un Ren ? Ce dernier avait esquivé ses questions, unes à unes, les balayant comme de la vulgaire poussière. A travers le discours vague de Navick, Raena présentait de la honte, une volonté de cacher ce passé douloureux qu'il avait évoqué. Tandis qu'il lui parlait avec une certaine sincérité, la jeune femme se contenta de le fixer avec attention, s'abreuvant de chaque émotion non contrôlée qui s'échappait de son enveloppe corporelle. Même s'il canalisait férocement tout ce qui avait attrait à la Force, bloquant avec ardeur les barrières qui entouraient son esprit. Il était doué, bien entraîné, jamais elle ne réussirait à capter la moindre bribe d'information en fouillant dans son passé. A moins qu'il ne lui laisse volontairement accès, ce qu'il ne ferait certainement pas. La belle se contenta de l'écouter, en silence. « La Force semble nous jouer bien des tours, je pense pour ma part que ... ça va ? » Fit-elle en se redressant sur les genoux, tandis que le prénommé Navick était en train de tenir fermement son crâne entre ses mains, comme s'il était pris de violentes céphalées, puis se cacha entre ses bras croisés. Ce comportement inattendu surpris la Sentinelle qui se rapprocha immédiatement de lui, les mains hésitantes suspendues au-dessus de lui. Sans comprendre ce qui lui arrivait, même si elle sentait à travers lui un conflit intérieur d'une complexité folle dont elle n'arrivait pas à déterminer la cause principale. « Eh oh, vous m'entendez ? » Sa voix claire raisonna dans la pièce sombre et irrespirable, pourtant, Raena se rendit rapidement compte que ce dernier ne l'entendait absolument pas. Que faire ?

Les secondes défilaient à un rythme infernal. Raena l'observait se consumer devant elle, sans qu'elle ne sache comment réagir. C'était la première fois qu'elle voyait un utilisateur de la Force renier toute son affiliation. Ce conflit intérieur, qui le rongeait depuis bien longtemps d'après ce qu'elle avait cru comprendre, était en train de s'emparer de lui. Sa maîtrise de la Force lui permettait de ressentir ces vagues qui déferlaient fougueusement autour de lui. Le Côté Obscur, le Côté Lumineux. L'humaine tentait d'examiner ce flot d'émotions qui émanait de Navick. Il se retenait, physiquement et mentalement, chaque muscle de son corps se crispait, les traits de son visages se modifiaient presque à vue d'œil. La souffrance, la honte, la tristesse, le désespoir. L'obscurité s'emparait de lui, l'enfonçant progressivement dans les méandres de ses pires craintes. C'est alors que la jeune femme se rappela des mots de son Maître : "un toucher apaisant peut soigner bien des maux, que même la guérison de Force ne peut soigner". La brune n'était pas certaine de la véracité de ces sages paroles, cependant elle ne pouvait pas laisser le jeune Navick dans la souffrance dans laquelle il baignait. Raena accepta de briser cette barrière physique qui les séparait et, se plaça derrière lui. Telle une mère encerclant son propre enfant, la jeune femme entoura le corps en souffrance de l'étranger et resserra son emprise autour de lui. Elle posa son menton dans le creux de son épaule et commença à se balancer de gauche à droite, comme si elle tentait de le bercer.

Elle avait pris entièrement possession de son espace vital, s'imposant sans la moindre retenue, mêlant douceur et ténacité, transmettant la propre chaleur de son corps à celui qui était assis entre ses cuisses. Ses bras entouraient les siens, les plaquant encore plus solidement contre son corps à lui, le gardant presque prisonnier de sa position. Aucun d'entre eux ne bougea. Raena adopta une respiration lente, mesurée, espérant que l'homme ressente chaque battement de son cœur dans sa poitrine collée contre son dos. Elle était là, patiente, attentive à ses moindres mouvements, ses moindres crispations. C'est alors que sa tête bascula doucement contre celle de l'homme, ses paupières se fermèrent. A l'extérieur, un va-et-vient incessant de clients dans le couloir semblait pouvoir briser cette intimité chaleureuse qui était créée. Ce cocon de tendresse garda pourtant toute sa sincérité. « Détendez-vous », ces premiers mots prononcés en un murmure sensuel, dans le creux de son cou, brisèrent enfin ce silence. « Navick Malyen, vous n'êtes pas seul » Une brèche probablement liée à l'état semi comateux dans lequel il s'était plongé lui avait permis de capter ce nom, Malyen. En le raccrochant à la réalité, la brune qui le berçait toujours tendrement espérait qu'il s'apaise et revienne à lui.



May the Force Be with you
Raena Gunstar ☽ You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Navick Malyen
Armée de la Résistance
Crédits : 578
Jetons de Force : 0
Disponibilité RP : Dispo !
Autres comptes : Nop.
Avatar : Douglas Booth


Âge : 24 ans.
Surnom : Nav'
Profession : Pilote dans le Red Squadron.
Allégeance : Resistance.

Voir le profil de l'utilisateur
Lun 12 Mar - 5:28

Bâton de la mort
feat Raena Gunstar

Je m'étais enfoui dans mes bras. Je ne contemplais que les souvenirs de ma vie passée. Était-elle vraiment passée cette vie au final. Pouvais-je réellement ne plus être le monstre que j'étais ou devrais-je faire un sorte de vivre avec. Je n'en savais rien et cela m'énervais au plus haut point. Si seulement elle ne m'avait pas bousculé, si seulement elle n'avait pas détruit mes doses, si seulement j'avais eu le courage d'en finir quand je le pouvais. J'aurais du mourir ! J'aurais du mourir comme tout ceux que j'avais tué ! J'aurais du ... Je me parlais tout seul, je hurlais dans ma tête mais cela me semblait si réel, j'avais l'impression de me faire face et de cracher sur moi toute la haine que je ressentais. Je me haïssais tellement. Je haïssais la force. Si la force n'existait pas il n'y aurait pas tant de guerres, de morts, de vies détruites. La force existait pour être l'équilibre de toute chose ? Tout était tellement faux. C'était un idéal inaccessible. Tant qu'il y a  de la lumière, il y a des ténèbres et même si il pouvait y avoir un juste milieu il ne pouvait pas être éternel ni complet. Les Jedi et les Sith étaient tellement un erreur dès le début. Après tout il n'y avait qu'à voir l'ancienne République pour savoir que les Jedi n'était pas si bon que cela. Après tout n'était-ce pas eux qui avaient créé les Sith d'une certaine manière ? Le côté obscur était-il si mauvais que cela et le côté Lumineux si bon que cela ?

Je ne savais plus ou j'en étais, mais une étreinte vint me sortir de mes pensées sombres pour me ramener à une réalité chaude et agréable. Je me perdais dans cette étreinte de tendresse avec une jeune femme qui semblait être sincère. Cela me faisait tellement du bien de sentir la chaleur d'une personne. Je ne la connaissais pas, elle ne me connaissait pas mais grâce à la force nous étions proches comme des amis de longue date. Nous nous connaissions, nous nous comprenions, elle me comprenait. Elle me parlait et je l'écoutais, sans pour autant lâcher un son. Je n'avais pas envie de parler, juste d'être là, de profiter de la présence de quelqu'un, de sa présence à elle. Raena me murmurait des mots amplis de douceur et je l'entendais bien. Elle connaissait mon nom maintenant. Notre connexion était sans doute à son paroxysme et voilà que je pouvais voir en elle également, sans pour autant m'y engouffrer. Si j'avais la possibilité de voir tout cela d'elle alors elle aussi le pouvait. Elle pouvait voir ce que j'étais. Je me levais brusquement, relâchant son étreinte au passage avant de la repousser. "Non mais tu ne comprends pas ! Je suis un monstre ! Toi la force est peut être avec toi mais pas moi !! Je la haiiiis !! Je la haiiis autant que vous tous à son service !!" Je hurlais, je n'en pouvais plus. Toute cette haine que je gardais en moi, toute cette rage je la libérais à ce moment précis. Je l'enfouissais depuis bien trop longtemps et il fallait que sa sorte.

Je me mis à saisir des objets dans la salle avant de les lancer violemment contre le mur de rage. Je ne comprenais même pas ce que je faisais, je ne voyais que le noir, les ténèbres. Le pire dans tout cela c'est que je m'y plaisais, comme si j'étais chez moi. Comme si c'était ma vraie nature. Est-ce qu'au fond je ne me voilais pas la face en croyant être l'inverse de ce que j'étais réellement. Peut être étais-je tout simplement réellement un monstre et que j'essayais de m'auto-persuader que c'était faux. Pourquoi est-ce que je me sentais aussi bien dans le côté obscur ... Pourquoi ... Ma rage réveilla la force qui sommeillait en moi écrasant les objets de la salle. "Tu veux savoir pourquoi je maîtrise la force hein ?! C'est parce que j'étais un Chevalier de Ren !! J'ai tué toute le Nouvelle Génération de Jedi !! J'ai tué des milliers d'innocents et tu sais pourquoi ?! Parce que j'aimais ça ! Skywalker n'aurait jamais dû m'apprendre la force !! Skywalker n'aurait jamais du recréer l'Ordre !! C'était une erreur ! Il nous a créé nous ! Des monstres !" Je m'étais tellement trompé sur toute la ligne ... Je pensais que j'avais conscience des choses du temps ou j'étais au côté de Kylo Ren mais non ... Nous étions devenu des monstres ... Nous adorions assouvir notre autorité, tuer. "Pars ... S'il te plait pars ... Je ne veux pas te faire de mal Raena ... S'il te plait laisses moi ..." J'avais complètement craqué ... Pourquoi était-ce arrivé maintenant ? Je n'en savais rien. Je regardais la jeune femme qui semblait terrifiée. Après tout c'était justifié. Je comprenais tout à fait. J'avais les mains en sang et le regard perdu. J'observais le carnage que j'avais créé, mes vêtements étaient en lambeaux, mes cheveux se perdaient sur mon visage, la chaleur de mon corps dessinait des goûtes sur mon visage qui ruisselaient jusqu'à mon torse entre-ouvert. Je m'étais vraiment lâché. Ce n'était pas contre la jeune femme, c'était contre moi. Je ne pensais pas être si perdu, je pensais avoir trouvé une porte de sortie à ma souffrance en joignant la résistance mais le chemin était encore long. Au moins maintenant je connaissais la vérité. Ma colère m'avait permis d'ouvrir les yeux sur ce que je ressentais au fond de moi et cela me permettra peut être d'avancer après tout.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Raena Gunstar
Membre des Sentinelles
Crédits : 520
Jetons de Force : 2
Disponibilité RP : 2/2.
Autres comptes : Ginger Storm, Jaina Ren.
Avatar : Deepika Padukone (by Blondie).


Âge : vingt-six années.
Surnom : Nana, certains m'appellent Rae.
Profession : Sentinelle, je fais également de l'humanitaire dans les régions en conflits de la galaxie.
Allégeance : Nouvelle République.
Inventaire : un sabre laser (lame bleue).
Holosphère :

Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 15 Mar - 1:52

Bâton de la mort
feat Navick Malyen

En serrant ainsi dans ses bras cet étranger, la jeune femme pouvait ressentir le tourbillon d'émotions qui le tiraillait. S'en était presque désagréable, voire douloureux, de recevoir autant de sentiments négatifs, autant de haine et de honte, elle n'était pas habituée. Contrairement aux Jedi qui eux favorisaient le côté lumineux, eux se permettaient d'avoir accès aux sentiments puissants qu'étaient la peur et la colère. Le côté obscur n'était pas considéré de façon honteuse, mais plutôt comme un autre moyen d'appréhender la Force, un moyen plus délicat et plus instable. Néanmoins la formation qui leur était donnée mettait un point d'honneur à respecter l'équilibre de la Force, pour éviter de sombrer pas dans les ténèbres et la solitude. Là c'était différent. Les émotions qu'elle ressentait à travers cette enveloppe charnelle, contre elle, étaient beaucoup trop puissantes pour qu'elle réussisse à les canaliser. Plus elle le sentait sombrer, plus fort était son étreinte. Raena serrait désormais tellement Navick contre elle, qu'elle était totalement collée contre son dos, le visage tout près du sien, ressentant son souffle chaud et haletant contre sa joue. En fermant ses paupières, un court instant, la Sentinelle se concentrait sur ce que l'homme, totalement psychologiquement morcelé à cet instant précis, pouvait lui laisser voir de son passé. Cette fois-ci la barrière qu'il avait placé auparavant semblait si fragile, qu'il lui suffit de frôler la surface de son inconscient pour voir les premières bribes d'informations.

Un masque en acier apparut devant les pupilles de son esprit attentif. Le côté obscur suintait de la silhouette encapuchonnée sur laquelle était fixée ce masque merveilleusement ouvragé. Cette première vision fit frissonner Raena qui sentit le duvet sur ses avant-bras se redresser brusquement, sans qu'elle ne réussisse à en découvrir la raison. Alors qu'elle s'apprêta à creuser plus loin, en douceur, elle ressentit un violent revers de la part de l'inconnu qui referma immédiatement son esprit et rejeta l'intruse qui s'y était glissée. Ses pupilles s'ouvrirent d'un coup, une soudaine envie de vomir la prit aux tripes, probablement liée au coup mental qu'elle s'était prise en retour. Heureusement, elle réussit à se retenir. Navick, quant à lui, de plus-en-plus instable, se mit à la repousser physiquement et à se déplacer dans la pièce. Le corps de la jeune femme fut projeté contre la porte, juste derrière elle, dans un bruit sourd. Un peu hébétée au début, elle se redressa avec peu de grâce pour se tenir adossée contre le mur. Elle observait prudemment l'homme qui était en train de se désintégrer psychologiquement devant elle, la main posée sur son sabre. Sans l'allumer, ses doigts glissaient sur la surface en métal du manche, consciente qu'elle ne l'activerait qu'en cas de danger immédiat. Elle n'allait tout de même pas lui couper les bras et les jambes pour qu'il se calme, non.

« D'accord, d'accord », marmonna-t-elle de sa voix calme et posée, les jambes légèrement écartées, bien encrée sur ses appuis. « Calmez-vous, je ne vous veux aucun mal ». Sous discours au but rassurant n'atteint pas le résultat escompté. Au contraire. Plus les minutes s'écoulaient, plus l'homme déchargeait sa haine dans la pièce. Raena dû se déplacer pour laisser Navick jeter des objets sexuels contre le mur, la rage inscrit sur son visage auparavant si tendre. Elle le laissa se décharger, ignorant la foule qui se massait désormais derrière la porte, composée en partie des clients des chambres adjacentes qui s'inquiétaient du vacarme qui régnait dans ce lieu. L'humaine sentait la vague de Force destructrice qui émanait du corps de l'étranger, plus il s'approchait, plus elle s'éloignait, même si elle avait l'intuition qu'il ne voulait pas lui faire de mal. L'homme se mit alors à parler, avec colère, dévoilant la raison de tout ce mystère, et de toute cette culpabilité mêlée à de la souffrance, qui hantait son esprit au point qu'il doive se droguer pour vivre de façon décente. L'annonce de ses origines choqua Raena, qui n'aurait jamais pensé que cet homme face à elle aurait pu faire parti de ces soldats tyranniques. Elle resta pantoise, quelques secondes, pour ensuite reprendre ses esprits. « Calmez-vous, nous pouvons en parler si vous le souhaitez ».

L'état du jeune homme devenait pitoyable. Il avait l'air d'un homme sorti d'une bagarre dans un bar des bas-fonds, les vêtements déchirés, la coiffure approximative, du sang frais gouttait de ses poings serrés, et ce regard hagard qui le rendait presque misérable. Navick ressemblait à une bête enragée qui était en train de s'épuiser, il fallait réagir. Ignorant totalement les supplique du jeune homme qui lui étaient dédiées, Raena se jeta dans sa direction, les mains en avant, pour essayer de contrôler son corps grâce au pouvoir du Morichro. Ses doigts fins effleurèrent la surface de sa boîte crânienne, marquant un contact précis sur son épiderme. La résistance de Navick fut un obstacle trop gros à surmonter pour la Sentinelle qui n'arriva pas à ralentir ses fonctions vitales, au contraire, elle manqua de se prendre un coup et dû reculer. « Excusez-moi, Navick ». Suite à ses mots, murmuré avec désespoir, Raena assena un puissant coup dans la nuque de l'étranger, avec le manche en acier de son sabre laser, provoquant une perte de conscience quasiment immédiate chez sa victime.

La pauvre créature était allongée sur le sol, inconsciente. La Sentinelle s'accroupit à ses côtés, portant la main à sa carotide pour analyser son état. Il était vivant. Épuisé par tout l'effort qu'il avait utilisé en si peu de temps, encore perturbé par la situation, l'homme aurait besoin de repos, d'écoute et de soins. Raena hésita un instant à l'envoyer à l'hôpital général de Galactic City, puis elle se résigna à l'emmener chez elle, avec l'aide du videur aux gros bras. Etait-ce une bonne idée ou prenait-elle un risque trop important à soigner un inconnu au passé plus que détestable ? Elle n'en savait rien. La jeune femme avait juste l'intime conviction qu'elle ne devait pas le laisser là, qu'elle devait l'aider.

Trente minutes plus tard, les deux sensibles avaient quitté les bas-fonds de Coruscant pour remonter à la surface. Les immeubles de Galactic City étaient tellement plus cossus que les cages puantes d'en bas. La porte de l'ascenseur s'ouvrit devant eux. Raena et Navick, porté par le videur, pénétrèrent dans le salon principal, sobrement décoré mais relativement spacieux.  « Déposez-le là, je vais m'en occuper, merci », dit-elle en glissant quelques crédits dans les mains du Baragwin. Ce dernier les quitta en empruntant l'ascenseur pour rejoindre son poste de travail. Navick avait été allongé sur un canapé très confortable, Raena s'empressa de rajouter quelques coussins pour le caler ainsi qu'une couverture pour éviter qu'il ne tombe en hypothermie. Elle s'installa au pied du canapé, et posa ses mains guérisseuses sur les plaies visibles sur celles de Navick, se concentrant pour les soigner. Un halo de chaleur se mit à entourer les mains de l'ancien Ren, les plaies sanguinolentes se mirent à se refermer progressivement, jusqu'à disparaître entièrement. La partie la plus simple avait été accomplie. Il fallait désormais attendre que l'homme se réveille pour évaluer l'évolution de son mal-être, en espérant qu'il ne détruise pas tout sur son passage et qu'elle réussisse à le canaliser. Fatiguée, Raena posa sa tête sur le canapé, juste à côté de celle de Navick, et ferma ses paupières. Ce qu'elle pensa être un repos sur quelques secondes se transforma en une sieste de plusieurs heures. Cette histoire l'avait plus affectée qu'elle ne l'aurait pensé.



May the Force Be with you
Raena Gunstar ☽ You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Navick Malyen
Armée de la Résistance
Crédits : 578
Jetons de Force : 0
Disponibilité RP : Dispo !
Autres comptes : Nop.
Avatar : Douglas Booth


Âge : 24 ans.
Surnom : Nav'
Profession : Pilote dans le Red Squadron.
Allégeance : Resistance.

Voir le profil de l'utilisateur
Lun 16 Avr - 18:55

Bâton de la mort
feat Raena Gunstar

Je ne voyais que la rage, j'étais devenu aveugle devant ma propre destruction. Je contemplais le reflet de la destruction autour de moi et la force m'en tiendrait rigueur mais quelle magnifique jouissance que de voir toutes ces piètres choses explosées au contacte de ma toute puissance. Je me sentais libre, comme si j'avais trop longtemps retenu ma véritable nature, comme si j'avais trop longtemps enfermé dans une cage l'animal féroce que j'étais. Je prenais plaisir à regarder la peur et la méfiance dans le regard de la jeune femme devant moi. J'étais redevenu faible un instant et lui avait accordé ma pitié en lui demandant de partir mais dorénavant c'était fini. Elle était une menace, elle était une utilisatrice du côté lumineux. Pourtant nous avions détruit tous les Jedi. Elle faisait parti d'un groupe, un groupe d'utilisateur de la force, et ils subiraient le même sort que tous les autres. Le problème ce n'était pas les Jedi, et les Sith ni ce groupe d’utilisateur. C'était la force, la force tout simplement et je le savais. Il fallait tout bonnement tué tous ces êtres impies de la galaxie et j'allais m'en charger avant de faire disparaître l'hérésie que je suis à mon tour.

Soudainement, je senti comme un moment d'absence, comme si tout mon système nerveux, mes muscles, mon corps s'étaient endormi pendant un très court instant, par réfléxes la force venait de faire barrière. Je secouais la tête avant d'apercevoir l'origine de ce mal-être. La jeune femme était derrière moi, ses mains entourant ma crâne. À peine venais-je de me retourner que je perdais complètement connaissance. J'étais plongé dans le noir complet. Elle venait de me frapper ? Elle n'avait pas dû y aller de main morte pour me faire perdre connaissance aussi facilement. J'ouvris les yeux dans une pièce que je connaissais pas. J'avais un mal de crâne digne des plus grosses soirées de Coruscant et ma nuque me faisait tirer douloureusement. J'étais allongé sur un canapé , mon tee-shirt n'était plus sur moi sans doute détruit lors de ma folie. Je me sentais tellement idiot. Je n'avais pas le droit de faire ce que je venais de faire. Je n'avais pas le droit de retomber dans tout ce qui m'avait détruit. C'était la dernière fois. Je me le promettais.

Je regardais autour de moi l'air perdu, mes yeux quittèrent leur couleur jaunâtre synonyme du côté obscur pour reprendre leur teinte azur. Je venais de me calmer, de reprendre peu à peu le contrôle de moi même. Cette colère m'avait tellement aveuglé. Pourquoi avais-je été en colère au juste ? Je ne savais même plus. Je contemplais le carnage autour de moi et soupira un long moment. Pourquoi était-ce si compliqué pour moi de ne pas tout détruire, d'être juste la personne que je désirais être. Pourquoi qu'importe l'endroit où j'allais, je ne semais que discorde et destruction. Si seulement j'avais pu prendre cette dose. La force n'était pour moi que souffrance, je n'en voulais pas, je n'en voulais plus. J'avais fait bien trop de mal autour de moi, j'avais trahi ma famille et mes amis, tout ça pour quoi au final ? Devenir une loque avec un idéal irréalisable ? Guidée par une utopie de paix dans la galaxie alors que le premier conflit auquel elle participait c'était celui de son propre être ? J'étais tellement obnubilé par mon désir de mon racheter qu'au final j'avais oublié de me pardonner à moi-même. Je ne pouvais pas me pardonner, jamais. Mais, je devais accepter qui j'étais et ce que j'étais. Je devais vivre avec la part de ténèbres en moi et l'accepter, la comprendre, pour ne plus qu'elle ne détruise mon entourage et moi même. Dorénavant j'avais des personnes qui comptaient sur moi et qui ne me jugeaient pas et cela devait rester comme tel, même si un jour ils connaîtraient la vérité me concernant.

La jeune femme était allongée à côté de moi et je pris un temps pour la regarder. D'un geste tendre je pris le temps de caresser son visage et ses cheveux tendrement. Je me sentais tellement idiot et redevable. Elle aurait pu me tué et c'était sans doute ce qu'elle aurait du faire. Mais peut-être voyait-elle en moi ce que je n'arrivais pas à saisir. Je ne voulais pas me poser trop de question et le simple fait d'avoir un moment calme me détacher de la réalité, ça n'arrivait que trop peu souvent ces derniers temps. Que deux fois à dire vrai mais, à chaque fois c'était tellement enivrant et réconfortant. Je continuais de faire glisser mes mains sur les visage de la jeune femme. Elle devait être épuisé. Elle venait de me soigner pour sur au vu de la disparition de mes blessures. Pourquoi m'avoir aidé  ? Je n'en savais rien. C'était une appartement relativement spacieux dans lequel nous étions. Sans doute avions-nous quitté les bas-fonds pour rejoindre la ville supérieur. Tout ceci était très perturbant, je continuais de me demander pourquoi je m'étais autant laissé aller dans le côté obscur. Peut-être inconsciemment était-ce l'histoire de cette planète qui me jouait des tours. Peut être était-ce les résidus de l'histoire Jedi qui me perturbait autant, je n'en savais rien mais cela m'avait fait du bien au final, il fallait toujours voir le bon côté des choses comme disait le Maître Skywalker, lui qui avait su voir le bon côté de Dark Vador, lui qui était la plus grande menace de la Galaxie et son père. J'avais du respect pour l'homme mais si je le détestais au final. Je me leva doucement du canapé sans faire de mouvement brusque pour ne pas réveiller mon hôte avant de prendre la couette qui était auparavant sur moi et la mettre sur la jeune femme. J'embrassais doucement son front avant de sourire en la regardant. "Merci pour tout, je suis désolé." Murmurais-je alors avant de récupérer mes affaires, ma veste sur moi et prendre le chemin de la sortie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Raena Gunstar
Membre des Sentinelles
Crédits : 520
Jetons de Force : 2
Disponibilité RP : 2/2.
Autres comptes : Ginger Storm, Jaina Ren.
Avatar : Deepika Padukone (by Blondie).


Âge : vingt-six années.
Surnom : Nana, certains m'appellent Rae.
Profession : Sentinelle, je fais également de l'humanitaire dans les régions en conflits de la galaxie.
Allégeance : Nouvelle République.
Inventaire : un sabre laser (lame bleue).
Holosphère :

Voir le profil de l'utilisateur
Mer 18 Avr - 17:22
Sujet terminé.



May the Force Be with you
Raena Gunstar ☽ You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Chroniques de la vie et de la mort Feat Théo Galavan
» Ne perdez pas espoir, car quand une étoile meure, d'autre apparaisse... || FEAT. StarLight - Eyeless Jack - Ao || RP DE MORT ||
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» Jusqu'a mort s'ensuive... (Linoël, Idryl, Luna, Sanzo, Shrys
» Jeune artiste kidnappé , blessé par balle et laissé pour mort à Cité Soleil

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars Origins ::  :: Core :: Coruscant-
Sauter vers: